Olphéra, le pays de légende… Chercherez vous les cinq objets mystiques ou vivrez vous votre vie simplement… ? Incarnez un Humain, un Esclave, un Neïko ou un Hybride…Serez vous soumis ou rebellé ?
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une semaine en enfer (PV Alfonse et Lizzie)

Aller en bas 
AuteurMessage
Embersten Alfonse
Propriétaire du théatre
avatar

Nombre de messages : 11
Age : 36
Date d'inscription : 03/05/2007

Maître ou Soumis ?
Préférance sexuel: Hétéro
Est maître de: Lizzie
Est soumis par: Sa folie

MessageSujet: Une semaine en enfer (PV Alfonse et Lizzie)   Mar 15 Mai - 12:03

Pour n'importe quelle Neko habituée à avoir à la domination des humains, cette situation aurait été facilement supportable, et même peut-être enviable. Pour Lizzie en revanche, cette semaine passée avec Alfonse fut un véritable calvaire. Certes, il ne la battait pas, il levait rarement la main sur elle, sauf quand il était véritablement furieux, il avait trop peur de blesser l'image de sa chère épouse défunte. Il ne l'avait encore jamais violée non plus, chose que Lizzie n'aurait pu concevoir, n'étant jamais sortie auparavant de son cocon familial. Il l'observait par contre souvent avec insistance, une lueur perverse dans le regard qui dérangeait profondément Lizzie qui changeait de pièce dès qu'elle le pouvait.

Parlons-en de Lizzie d'ailleurs, la petite princesse égoïste et gâtée était devenue au bout de la semaine bien plus docile qu'à ses débuts, du moins en apparence, car la jeune Neko ruminait sa vengeance au plus profond de son âmes pour tous les "sévices" qu'elle avait subit.

Flash-back

Soir du premier Jour


La Neko le regardait et ne répondait plus, il pouvait voir un mélange de peur et de fierté dans ces yeux. Oh oui la fierté, Beth avait toujours était si fière. Il ne dit rien et quitta la chambre, il se rendit à la salle de bain en traînant la hache qu'il avait encore à la main. Il la laissa tomber sur le carrelage blanc alors qu'il se passait maintenant de l'eau froide vivement sur le visage, se demandant encore comment il avait put être aussi près de commettre une folie, de tuer la demoiselle. Cependant il était allé trop loin pour reculer il le savait, et en son fort intérieur il n'en avait pas envie, ce qui l'effrayait bien plus. Il se changea, se brossa les dents et comme chaque soir pris soin de se raser. Quand il revint dans la chambre il trouva la Neko en train de tirer sur la chaîne férocement.

"ça ne sert à rien, tu ne peux la briser, je sais qu'elle semble mince mais ce métal est très résistant.", dit il d'une voix où la folie semblait avoir disparu, "Tu peux à nouveau avoir une belle vie avec moi Beth ... si seulement tu voulais bien être sage cette fois ...", dit il plus à lui même qu'à Lizzie, puis semblant se souvenir que la jeune fille était là il la regarda de nouveau, "Tu peux dormir dans le lit si tu veux, je ne te toucherai pas", dit il avec un air sincère.

Un mouvement le réveilla dans la nuit mais il ne bougea pas, entrouvrit à peine les yeux. Il put alors voir Lizzie nue à coté de son lit, la Neko l'observait avec attention, elle semblait guetter ses gestes. Finalement elle souleva la couverture et vint se glisser délicatement dans le lit. Elle se roula en boule et sans savoir pourquoi, cette position défensive fendit un peu plus le coeur d'Alfonse. Il ne put retrouver le sommeil, il resta ainsi de longues heures à écouter la respiration de la féline qui devint bientôt plus calme et sereine. Lorsqu'il perçut le mouvement de détente des muscles, lorsqu'elle s'allongea enfin il sourit, puis emporté par une pulsion incontrôlable, il souleva doucement le drap.

Sous yeux se révéla alors petit à petit la courbure parfaite du dos de la demoiselle, la peau blanche et laiteuse. Avec la plus grande douceur et la plus grande attention il écarta un peu plus le tissu pour dévoiler l'arrondi merveilleux du fessier de la jeune fille. Le corps de Beth n'avait pas été aussi beau, et étrangement cette queue de chat juste au dessus de la naissance des fesses, cette appendice qui aurait du l'écoeurer l'excitait un peu plus. Emporté par l'audace et le désir il tendit une main, et avec tendresse vint flatter le postérieur de la Neko. La peau de Lizzie était incroyablement douce, une sensation ferme et délicate en même temps. Déjà entre ses jambes il pouvait sentir croître l'excitation, sentir la vie revenir dans une partie de son corps qu'il croyait mort.

Un frémissement, un gémissement, puis un soupir, il était allé un peu loin dans sa caresse, emporté par un plaisir soudain et imprévu. Il retira sa main mais ne couvrit pas la jeune fille, il se contenta de la regarder et de guetter son réveil. Celui-ci ne vint heureusement pas, il recommença alors à se repaître de la vue du divin fessier de la Neko. Petit à petit, sans qu'il y prenne garde, sa propre main glissa sur sa cuisse, passa sous son pantalon et se referma sur la bosse qui déformait son pantalon. Étrangement il se fit la sensation d'être de nouveau un adolescent lorsqu'il sortit son membre gorgé de désir de sa prison de tissu et qu'il commença une lente caresse en fixant des yeux le si jolie postérieur. Petit à petit, les yeux brillant maintenant de plaisir, il augmenta le rythme de son mouvement, sa main descendant puis remontant, entraînant avec elle la peau sur la colonne de chair, diffusant à chaque passage une sensation de plaisir grandissante.

Une fois de plus il eut l'impression de revenir en arrière, d'être à nouveau un tout jeune garçon, Lizzie grogna et bougea dans son sommeil, tournant sur elle même pour lui faire maintenant face. Des yeux, sans oser toucher de peur de briser ce moment il détailla le corps de la féline. La poitrine fine qui se soulevait et s'abaisser sous la respiration paisible du sommeil. Le sein droit venant s'appuyer sur le gauche, et les cheveux longs qui semblaient vouloir lui masquer la vue des tétons qu'il ne pouvait qu'entr'apercevoir. Sa main repris son mouvement alors que ses yeux descendait le long du ventre plat, se régalant de la vue du nombril. Plus il se rapprochait de cet endroit secret où les femmes accueillent les hommes et plus son mouvement était rapide, augmentant ainsi son plaisir. Il se délecta de la vue de l'abricot lisse de la Neko, de la vision de ce pubis nue et de ses belles lèvres parfaitement serrées l'une contre l'autre. Il eut le réflexe d'enrouler son gland dans le pan de la chemise de son pyjama quand lui vint l'éjaculation, un cri muet de plaisir sur les lèvres.

Alors il se leva penaud, se sentant à la fois coupable et pourtant heureux de ce qui venait de se passer. Il retira son pyjama et se dirigea nu vers la salle de bain. Là il fit une rapide toilette de son intimité avant de revêtir un nouveau pyjama et de revenir se coucher. Il trouva Lizzie lui faisant dos de nouveau et se demanda si la Neko avait vraiment dormi, ne sachant comment percer ce mystère il la recouvra et se couvrit aussi. Il sombra dans un sommeil emplit de songes très rapidement.


Jour 2

La nuit avait été agité, des songes de Beth à l'époque où elle n'avait pas encore cette queue de chat et ses oreilles qui semblaient si étrange sur son crane. Elle avait été tour à tour féroce et câline, compatissante et agressive, si bien qu'il n'avait su comme la traiter, jusqu'à ce qu'il se fâche, jusqu'à ce qu'il tape du poing sur la table et qu'il la force à obéir, il la revoyait encore dans cette tenue de soubrette qu'ils avaient utilisé par jeu, mais cette fois ci elle lavait et lui préparait de bons petits plats. Quand il ouvrit les yeux il sortit de la chambre sur la pointe des pieds, prenant garde à ne pas réveiller sa compagne, il traversa l'étage et ouvrit à l'aide d'une petit clef une pièce où lui seul était entré depuis la mort de Beth, une fois qu'il eut trouvé ce qu'il voulait il retourna près de la Neko.

Il l'éveilla doucement en laissant courir le tissu délicat sur sa peau nue, quand elle s'éveilla il fut surpris de voir comment elle était belle. Il déposa sur ses cuisses un à un les vêtements en souriant. D'abord la coiffe blanche de servante, puis le tablier qui était étrangement transparent et pourtant fait dans un tissu des plus doux, puis les longs gants blanc. il compléta la tenue d'une guêpière dans les ton mauve avec un string assorti, le tout finement brodé. Un pan de jarretelle et des bas de la même teinte blanche que les gants vinrent rejoindre la panoplie. Laissant comprendre que de toute évidence cette tenu de soubrette était faite plus pour les plaisirs du lit que pour le travail manuel.

"Voici ta nouvelle tenue de travail, tu la porteras le matin pour faire le ménage dans ma demeure et le repas du midi. L'après midi tu pourras porter la tenue de ton choix et le soir tu dormiras dans une nuisette que je te donnerai. L'après midi les sous vêtements te sont interdit, tout comme la nuit", dit il d'une voix forte et autoritaire, comme s'il était le maître et qu'il n'attendait aucun refus. Mais la Neko était bien trop fière et la nuit avait ramené un peu de son courage avec elle.

"Tu es complètement fou ?! Je suis la fille unique de la famille Du Lac, et JAMAIS ! tu m'entends? JAMAIS je ne m'abaisserai à porter un costume pareil ! Je suis une noble, pas une servante tu m'entends ?"

"Tu es une Neko, une chose, un animal ! Ne me pousse pas à bout Beth ! Je pourrai sortir et te battre à mort que personne ne viendrai se plaindre !", dit il alors que son regard semblait redevenir dément, "A moins que je n'en face un show, payer une misère les hommes pour avoir la chance de te prendre comme il le désire sur la scène du théâtre, je suis sur que le final avec une bite dans chaque trou te ferai hurler de plaisir avant la mise à mort", hurla-t-il en levant la main.

Celle-ci redescendit très vite et claqua fortement, mais elle claqua la cuisse d'Alfonse et non la joue de Lizzie. Il continuait à la regarder, son esprit était aux portes de la folie il le savait maintenant et s'en sentait terrorisé, mais il avait aussi envie de voir la féline vêtue ainsi et lui obéissant. Il serra son pantalon dans sa main puis sortit et tacha de reprendre d'une voix plus posée.

"Peut être préfères tu me servir complètement nue ? Après tout cela sera peut être plus agréable pour toi de faire le ménage et la cuisine en tenue d'Eve.", dit il avec une note d'ironie dans la voix.

"Quoi? Tu rigoles? Je ne suis pas ton chien ! Non mais ça va bien là maintenant! Je ne met pas ce truc et je ne bouge pas d'ici !!!", cracha la féline à la fois outrée et effrayée.

"Oh tu le feras et tu finiras par y prendre du plaisir car c'est la le but de ta vie, c'est pour cela que tu es revenu ici", dit il perdu dans son délire.

"Pas question", s'entêta la Neko en le défiant du regard

"Et tu m'appelleras Maître à partir de maintenant. De même tu me vouvoieras car tu me dois le respect, je suis ta vie et je suis ta mort ma tendre Beth", poursuivit il comme s'il n'avait rien entendu.

"Certainement pas !"

Ce regard, cette force de caractère et ce défi, bien après tout cela ne rendait le jeu que plus amusant se dit il. Sans un mot il sortit de la chambre, laissant la féline seule avec cet étrange tenue faite plus pour le plaisir de la chair que pour le travail manuel. Il ne revint que douze heure plus tard, regardant la Neko qui avait du s'ennuyer et avait du mourir de faim alors qu'elle était enfermée dans cette pièce. Il la regarda et une expression étrange traversa son visage d'abord une profonde et sincère tristesse qui fut remplacée par une lueur perverse. Il se frotta les mains avant de venir attraper la chaîne de la jeune fille.

"Bien je vois que tu as refusé de te changer, il est l'heure dans ce cas pour toi", dit il avec un petit rire.

"Ah ben c'est pas trop ...", soudain angoissée elle le questionna, "L ... l'heure de quoi?"

D'un pas sur, il commença à la tirer et la sentant résister il l'attrapa par la queue. Ils traversèrent ainsi l'étage et redescendirent au rez de chaussée, là ils repassèrent à coté de la cuisine, traînant toujours la Neko nue derrière lui, puis enfin il arriva dans le hall. Il ouvrit la porte et expulsa la Neko dehors dans la nuit froide, un sourire mauvais sur le visage, il plaça la chaîne dans l'encoche sous la porte et profita de cet instant de stupeur sur le visage de Lizzie pour parler avant de refermer la porte et de la verrouiller derrière lui.

"Je t'avais prévenu Beth, puisque tu n'as pas voulu te vêtir de la journée, puisque tu refuses d'être gentille tu vas passer la nuit dans cette tenue que tu sembles tant aimer dehors. Si tu vois passer Georges, dis lui que j'aurai un repas pour lui mardi s'il ne t'abîmes pas trop."

"Oh le salaud ...", pensa Lizzie

Complètement nue, à la merci du vent et du froid, Lizzie eut du mal à dormir la nuit, sans compter les clochards qui passaient par là et qu'il fallait absolument qu'elle ne rencontre pas, le fameux Georges risquant sûrement d'être l'un d'entre eux. Elle essaya de trouver un endroit où se cacher mais la chaîne gênait ses mouvements ... Plusieurs personnes la repérèrent, mais aucun n'osa s'approcher du théâtre finalement, grand soulagement pour Lizzie. Malgré tout, elle dormit peu à cause de l'angoisse et du froid ... Ce que la Neko n'avait su c'était la présence d'Alfonse non loin de là, surveillant et éloignant les opportuns, si Lizzie ne dormit que très peu à cause de la peur, Alfonse ne dormit lui pas un instant jusqu'à ce qu'il déverrouille la porte au matin et attende la féline dans la cuisine, la tenue de soubrette pliée devant lui, posée sur la table.


Dernière édition par le Mer 16 Mai - 14:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizzie Du Lac
Neïko Femelle
avatar

Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 01/05/2007

Maître ou Soumis ?
Préférance sexuel: Hétérosexuelle
Est maître de: Son corps
Est soumis par: Embersten Alfonse

MessageSujet: Re: Une semaine en enfer (PV Alfonse et Lizzie)   Mar 15 Mai - 17:59

Après une nuit entière passée nue dans le froid et la peur, Lizzie sentit ses oreilles de chat se dresser subitement sur sa tête en entendant le bruit caractéristique d'une clef déverrouillant une porte...
Dès lors, elle sut qu'il lui était possible de rentrer au théâtre mais, malgré le froid et l'appréhension d'être découverte par un habitant du grand jour, elle attendit quelques instants, guettant la moindre résonance qui pourrait lui confirmer que celui qu'elle voulait éviter ne l'attendait pas derrière la porte.
Quand elle fut certaine de ne pas de faire surprendre, Lizzie ouvrit la porte et la referma aussitôt, soupirant de soulagement. Elle se sentait blessée dans sa dignité, humiliée, rabaissée, mais elle ne cèderait pas, non... Lizzie n'était pas une faible, elle combattrait jusqu'au bout, sans jamais pleurer, sans jamais s'apitoyer sur son sort. Tel était son caractère.

Grelottant de froid, elle se dirigea dans les couloirs à l'instinct, sans vraiment chercher son chemin. Seule chose qui comptait pour elle à présent, était de se réchauffer... Trouver des vêtements aurait été l'idéal, car sa queue enroulée autour de se taille ne la réchauffait pas vraiment. Elle ouvrit un porte au hasard pour se retrouver nez à nez à un Alfonse semblant l'attendre calmement derrière la tenue de soubrette. Ce dernier posait à présent un regard insistant sur son corps nu, une lueur perverse dans le regard qui fit détourner la tête à Lizzie en rougissant. Tête baissée, le corps encore gelé, elle se couvrit pudiquement du mieux qu'elle put ses parties intimes avec ses bras et ses mains, la plaçant dans une position de chaste princesse qui la rendait encore plus désirable. Aucun mot ne sortit de la bouche d'Alfonse, il n'en avait pas besoin, son intention était claire, limpide.

Elle releva finalement la tête, immobile... Elle voulait s'enfuir, mais ces vêtements si répugnants pour elle la veille seraient peut-être sa seule chance de se réchauffer un peu, et accessoirement de masquer sa nudité au regard pervers du propriétaire du théâtre. Tiraillée par l'hésitation, elle ne réfléchit cependant pas bien longtemps, et s'avança d'un pas sûr et décidé vers les vêtements posés sur la table. arrivée à portée, elle se jeta dessus, ramassant le tout puis fit demi-tour dans l'intention de s'enfuir de la pièce en courant.


Pas question que je reste une minute de plus avec ce pervers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Embersten Alfonse
Propriétaire du théatre
avatar

Nombre de messages : 11
Age : 36
Date d'inscription : 03/05/2007

Maître ou Soumis ?
Préférance sexuel: Hétéro
Est maître de: Lizzie
Est soumis par: Sa folie

MessageSujet: Re: Une semaine en enfer (PV Alfonse et Lizzie)   Mer 16 Mai - 10:43

"Stop !"

Un seul mot mais qui résonna de toute la puissance de la voix grave d'Alfonse. Il n'avait pas parlé fort mais sa voix avait semblé grondante comme le tonnerre dans la pièce. Quand la Neko était entrée la tête basse dans la pièce il pensait que la demoiselle avait enfin compris qu'elle se montrerai plus obéissante, mais il semblait que non. Il ne pouvait empêcher cependant sa bouche de s'étirer dans un sourire légèrement malsain quand il se souvenait de la façon dont la jeune fille venait de ramasser la tenue à la hâte comme une sauvageonne avant de commencer à se ruer vers la sortie. Finit les regards haut en couleur de la jeune noble, elle devait maintenant commencer à comprendre son nouveau statuts après la nuit passée dans le froid. Certes elle était venu chercher la tenue d'un pas calme et sure d'elle, mais au dernier moment elle n'avait pu s'empêcher de se jeter dessus comme si on allait lui retirer et c'était déjà nue victoire.

"Je connais la nudité de ton corps avec cette queue de chat depuis hier déjà Beth, et n'oublies pas que nous avons passé de nombreuses nuits ensemble, je n'ai qu'à fermer les yeux pour t'imaginer nue.", dit il d'une voix calme, ses yeux se posant sur les fesses de la belle, "Te voir ainsi de dos me donne envie de bien des choses, tu m'avais toujours refusé le droit de cette entrée là de ton corps.", continua-t-il d'une voix qui devenait plus faible.

Un instant le silence s'appesantit dans la pièce, Alfonse ne disait rien et contemplé la nudité de la féline en se remémorant les nuits en compagnie de sa femme, puis le souvenir de la nuit passée, de cette caresse nocturne alors que Lizzie était endormie tout près de lui. Il comprit que son plus grand désir était de réduire cet esprit à sa merci, de la voir obéir et d'être heureuse de le faire. Il inspira profondément avant de reprendre.

"Si tu désires sortir pour te vêtir libre à toi, mais dans ce cas tu n'auras droit ni à la guêpière, ni au string, tu vas revenir me les poser sur la table. Une fois que tu auras passé ta tenue de travail tu feras la vaisselle pour débuter et si tu ne veux pas être puni tu ne devras pas casser quoi que ce soit.", dit il d'un ton autoritaire sans quitter sa chaise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizzie Du Lac
Neïko Femelle
avatar

Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 01/05/2007

Maître ou Soumis ?
Préférance sexuel: Hétérosexuelle
Est maître de: Son corps
Est soumis par: Embersten Alfonse

MessageSujet: Re: Une semaine en enfer (PV Alfonse et Lizzie)   Mer 16 Mai - 14:58

"Stop !"

La neïko s'arrêta subitement à l'injonction d'Alfonse, immobilisée à mi-chemin par la voix grondante de l'homme. Ce n'était pas par peur se répétait-elle, elle ne connaissais pas la peur, non, ça ne l'était pas. Elle secoua la tête. Elle voulait juste trouver une faille dans cet homme qu'elle haïssait de plus en plus. Elle voulait connaître ses pensées, pour mieux le poignarder ensuite... Oui, assurément, ça ne pouvait être que ça... Pas la peur... Mais le désir de vengeance !

Malgré tout, une goutte de sueur glissait le long de son échine, la faisant frissonner, son corps tout entier semblait tendu. Elle commençait à connaître ce malade, le premier soir il n'avait pas hésité à utiliser une hache pour l'intimider. Tout son corps était tendu, prêt à courir, mais ses jambes refusaient de bouger. Puis il parla à nouveau


"Si tu désires sortir pour te vêtir libre à toi, mais dans ce cas tu n'auras droit ni à la guêpière, ni au string, tu vas revenir me les poser sur la table. Une fois que tu auras passé ta tenue de travail tu feras la vaisselle pour débuter et si tu ne veux pas être puni tu ne devras pas casser quoi que ce soit."

A ces mots, Lizzie serra les dents, dévoilant ses canines pointues et blanches comme la neige. Un sentiment de révolte, une rage indescriptible s'insinua en elle. Il voulait l'humilier, c'était tout ce qui comptait pour lui ! NON, elle ne se laisserait pas faire ! La fureur coulant en elle, elle sentit ses pieds se dégeler. Jetant un coup d'œil à l'homme sadique, elle remarqua qu'il était toujours assis, et s'élança donc vers la sortie, avec tous les vêtements, ce n'était pas génial, mais toujours mieux que rien.
En passant la porte, elle adressa un regard furieux à Alfonse et murmura d'une voix où se mêlaient mépris et rage:


Rêve
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Embersten Alfonse
Propriétaire du théatre
avatar

Nombre de messages : 11
Age : 36
Date d'inscription : 03/05/2007

Maître ou Soumis ?
Préférance sexuel: Hétéro
Est maître de: Lizzie
Est soumis par: Sa folie

MessageSujet: Re: Une semaine en enfer (PV Alfonse et Lizzie)   Mer 16 Mai - 15:15

Alfonse soupira et d'un mouvement calme attrapa la chaîne à ses pieds, comment la Neko avait elle pu croire qu'il n'aurai pas prévu ce genre de réaction inutile et infantile. Il commença alors à tirer lentement en se levant puis quand la chaîne fut tendu il tira d'un mouvement plus brusque. Le boum au fond du couloir l'avertis que la féline venait de tomber, il la tira jusqu'à lui et la releva en la serrant sous le bras gauche. Il l'examina rapidement pour être sur qu'elle n'était pas gravement blessée puis d'un mouvement brusque il la dépouilla de la tenue qu'elle avait encore dans les bras en soupirant, alors d'un pas pesant il commença à se diriger vers la porte arrière du théâtre, cette porte que Lizzie avait emprunté pour renter après sa nuit en pleine rue.

"Beth, Beth, Beth ...", répéta-t-il en s'arrêtant devant la porte, "Je n'ai pourtant pas été mauvais avec toi, je t'ai donné un travail et des vêtements alors que j'aurai du t'envoyer à la fourrière", il sembla réfléchir un instant, "Crois tu que l'on pique les Nekos là bas ? où peut être les revend on comme animaux de compagnie, j'ai aussi entendu dire que certains hommes aimaient battre des Nekos en leur faisant l'amour". Il ouvrit la porte et la lumière s'engouffra jusqu'à eux.

"Lorsque tu seras devenu raisonnable tu pourras rentrer et porter ta tenue de travail, malheureusement à cause de cette écart tu viens de perdre le droit de porter le string ...", dit il d'une voix qui semblait peiner, "mais je ne peux pas te laisser désobéir sans sévir sinon tu ne comprendras jamais qui est le maître maintenant.", il la poussa alors à l'extérieur, envoyant Lizzie nue au grand jour.

"Tu tireras 3 fois sur la chaîne avec deux secondes d'écart quand tu seras devenu raisonnable Beth, et si demain matin tu ne l'ai toujours pas, alors je songerai vraiment à ce petit show sur la scène du théâtre, il vaut mieux t'offrir un grand final que la fourrière non ?"

Mais Alfonse n'attendit pas de réponse, il recula d'un pas et claqua la porte. La chaîne fut alors tiré sur sous la porte, ne laissant plus qu'un mètre de mouvement à Lizzie, ce qui était malheureusement trop court pour se cacher où que ce soit. Pire encore il semblait qu'Alfonse avait calculé cela, à quelques centimètres des mains de la demoiselle se trouverait carton et branche quand elle tendrai la chaîne, mais sans pouvoir les attraper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizzie Du Lac
Neïko Femelle
avatar

Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 01/05/2007

Maître ou Soumis ?
Préférance sexuel: Hétérosexuelle
Est maître de: Son corps
Est soumis par: Embersten Alfonse

MessageSujet: Re: Une semaine en enfer (PV Alfonse et Lizzie)   Mer 16 Mai - 16:01



Lizzie fut tirée dehors sans ménagement. Le temps qu'elle comprenne ce qu'il se passe, il lui avait déjà sortit son monologue habituel et fermé la porte. Lizzie se releva, légèrement sonnée par les évènements qui s'étaient enchaînés à une vitesse folle: d'abord le dérapage dans le couloir, une force exercée sur sa cheville qui la reconduisait dans la cuisine, et enfin ça...
La neïko reconnaissais cet endroit, elle y avait passé la nuit nue, courageusement dans le froid. Mais à présent, la nuit était loin de tomber, il faisait grand jour.

Déjà, l'angoisse se fit sentir. Elle jetait des regards vifs à gauche et à droite pour s'assurer que personne ne venait. Elle s'imaginait déjà tous ces regards pervers sur elle, la dévisageant, la souillant avec leurs yeux perfides. Leurs rires résonnaient d'ors et déjà dans ses oreilles. Complètement paniquée à présent, elle remarqua un grand carton grâce auquel elle pourrait se cacher. Elle voulu le saisir mais quelque chose l'empêchait d'avancer: la chaîne qui semblait si longue la dernière fois ne lui permettait plus de bouger aussi, il lui semblait même qu'elle restreignait ses mouvements d'une façon diabolique. La pudique jeune neïko essaya bien de se coucher pour attraper le fameux carton.


Encore quelques centimètre....

Mais rien n'y fit, il avait sacrément bien préparé son coup le bouge... A moins que ce ne soit un caprice du destin? Elle n'en savait rien, mais en tous les cas, elle ne pouvait pas rester ainsi. Elle se releva et essaya de décoincer la chaîne qui bloquait ses mouvements en donnant de petits coups secs avec sa cheville pour la débloquer...

Puis elle entendit un murmure, certes, encore lointain, mais qui semblait néanmoins se rapprocher doucement. Paniquant alors, elle commença à tirer frénétiquement sur la chaîne, à se débattre comme une furie, elle la pris à 2 mains et tira de toutes ses forces, y mettant tous son poids mais cette dernière refusait obstinément de bouger. Elle se souvint alors des mots d'Alfonse, et essaya de se calmer, de garder la tête froide. Elle tira d'abord une fois sur la chaîne et compta les secondes avec appréhension


un....

Les murmures se firent un peu plus clairs, elle aurait presque pu y distinguer des mots...


deux...


Lizzie tira une 2ème fois sur sa chaîne

un...


deux...


Et enfin une 3ème fois.
Les murmurent se turent alors, mais rien n'indiquait que les personnes étaient parties, peut-être avaient-elles simplement cesser de parler...
Avec angoisse, Lizzie attendit, debout face à la porte, n'osant se retourner...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Embersten Alfonse
Propriétaire du théatre
avatar

Nombre de messages : 11
Age : 36
Date d'inscription : 03/05/2007

Maître ou Soumis ?
Préférance sexuel: Hétéro
Est maître de: Lizzie
Est soumis par: Sa folie

MessageSujet: Re: Une semaine en enfer (PV Alfonse et Lizzie)   Mer 16 Mai - 16:14

A l'étage Alfonse pouvait surveiller la Neko, certes il l'avait mis dehors mais il ne tenait cependant pas à ce que quelqu'un lui fasse du mal contrairement à ce qu'il lui avait dis. Il attendit alors quelques minutes en regardant la féline se débattre pour attraper le carton, se couchant au sol. Il devait reconnaître qu'elle était vraiment belle et que plus il regardait ces petites fesses rondes et blanches et plus il en avait envie. Quand il entendit du bruit, quand il la vit paniquer il ne put s'empêcher de sourire, la demoiselle avait beau être forte la nudité et l'exhibition la terrifiait. Il vit la chaîne se tortiller en tous sens mais l'attache tiens bon, puis enfin il eu le plaisir de la voir se calmer et de tirer sur la chaîne, d'attendre et de tirer à nouveau.

Alors il descendit ne quittant le bout de métal des yeux et une troisième fois celui-ci se mit à danser. Il se permit un sourire, certes la demoiselle voulait éviter de rester dans la rue mais elle venait de marquer la première obéissance. Il prit un instant pour rassembler le costume de la Neko et laissa celle-ci attendre cinq bonnes minutes encore pour que la tension grimpe un peu plus. Il alla à la porte, défit l'entrave qui empêchait Lizzie de se déplacer et ouvrit. Mais il ne se poussa pas, il resta au centre empêchant le passage à la féline, à la place il lui tendit la tenue de soubrette en souriant.

"Maintenant si tu es prête à obéir habille toi", dit il en secouant les vêtements, "Comme je te l'ai dis tu n'as plus le droit au string et comme tu n'avais déjà plus le droit aux sous vêtements l'après midi et la nuit tu ne porteras donc plus de culotte, sauf si nous allons un jour à la plage ou à la piscine, mais tu es encore trop indisciplinée pour cela.", il sourit visiblement heureux de la situation, "Quand tu seras prête tu passeras devant moi pour aller faire la vaisselle, après tout ton maître à le droit d'apprécier la vision de tes petites fesses ..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizzie Du Lac
Neïko Femelle
avatar

Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 01/05/2007

Maître ou Soumis ?
Préférance sexuel: Hétérosexuelle
Est maître de: Son corps
Est soumis par: Embersten Alfonse

MessageSujet: Re: Une semaine en enfer (PV Alfonse et Lizzie)   Mer 16 Mai - 17:02

Ces 5 minutes furent les plus angoissantes de toute son existance. N'osant pas bouger, Lizzie attendait devant la porte que l'homme vienne lui ouvrir...
Au bout d'une minute à attendre, qui semblait être une éternité pour la demoiselle-chat, elle trépignait déjà d'impatience, puis au bout de 3, elle se demanda si elle avait bien fait. Elle voulu tambourriner à la porte, tirer sur la chaîne de toutes ses forces, mais se retint, sachant très bien que ça ne lui apporterait que des ennuis. Et pendant tout ce temps, elle guêtait les bruits inquiétants de la ruelle.

Quand la porte s'ouvrit enfin, elle voulu se précipiter à l'intérieur du théâtre. C'était sans compter le vieil homme qui se faisait un devoir de la tourmenter à la première occasion... En effet, celui-ci se mit sur le chemin, lui bloquant encore le passage. Il agitait les vêtements de soubrette devant ses yeux en souriant.


"Maintenant si tu es prête à obéir habille toi. Comme je te l'ai dis tu n'as plus le droit au string et comme tu n'avais déjà plus le droit aux sous vêtements l'après midi et la nuit tu ne porteras donc plus de culotte, sauf si nous allons un jour à la plage ou à la piscine, mais tu es encore trop indisciplinée pour cela. Quand tu seras prête tu passeras devant moi pour aller faire la vaisselle, après tout ton maître à le droit d'apprécier la vision de tes petites fesses ..."

Espèce de...

Lizzie ferma le yeux, et serra les poings en tremblant, rassemblant son courage et sa volonté. Puis elle arracha de sa main un à un les vêtements qu'il lui tendait, et les enfila en vitesse. Elle commença par enfiler maladroitement la guêpière, ce qui lui pris déjà plusieurs minutes, n'ayant jamais eu l'expérience de pareils vêtements. Pendant qu'elle nouait les lacets de cette dernière, elle jeta un oeil aux vêtements qu'il lui présentait. Et ne vit plus aucune trace de sous-vêtements... Alors il avait vraiment l'intention de la laisser se trimballer fesses à l'air dans sa demeure...

Un soupir de résignation vint ponctuer la prise du 2ème vêtements, les bas qu'elle enfila à la hâte. Levant la première jambe en tentant de ne pas perdre l'équilibre, elle fit glisser le tissu sur sa chair lisse et ferme, jusqu'à ce que le vêtement soit correctement mis en place. Elle recommença l'opération pour sa 2ème jambe, ne manquant pas de capter le regard joyeux du maître de maison. Elle s'attaqua ensuite au pan de jarretelle, qu'elle enfila tout aussi prestemment, puis virent les gants.
Plus que 2 pièces de vêtement... Elle hésita....Ces derniers marqueraient sa soumission envers l'homme, et elle le savait, il n'hésiterait pas à aller de plus en plus loin...

Néanmoins la peur de se faire découvrir dans cette tenue lui donna des ailes. Elle empoigna la tablier et, fermant les yeux, le plaqua sur sa poitrine avant de le nouer derrière d'une façon grossière et rapide.
Sans lever la tête, ni rouvrir les yeux, elle empoigna la coiffe de servante et la posa avec violence sur sa tête. Elle releva finalement la tête, croisant le regard d' Alfonse qui pétillait. Son regard à elle était plutôt froid et dur.

Satisfait?

Puis elle bouscula Alfonse pour pouvoir rentrer dans le théâtre


Dernière édition par le Lun 21 Mai - 18:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Embersten Alfonse
Propriétaire du théatre
avatar

Nombre de messages : 11
Age : 36
Date d'inscription : 03/05/2007

Maître ou Soumis ?
Préférance sexuel: Hétéro
Est maître de: Lizzie
Est soumis par: Sa folie

MessageSujet: Re: Une semaine en enfer (PV Alfonse et Lizzie)   Lun 21 Mai - 11:20

La vision était des plus agréable, il manquait certes l'humilité dans l'attitude de Lizzie, à la place couvait une sombre fureur mêlée à une colère intense mais étrangement cela ne rendait que plus excitant la soumission de la Neko. La guêpière fut déjà une difficulté pour la jeune fille, visiblement pas un dessous de demoiselle de bonne famille pensa Alfonse avec un brin d'ironie, avant de simplement apprécier la vision de la petite poitrine rehaussé par la pièce de tissu mauve. Lorsque la demoiselle commença à enfiler les bas, la voyant vaciller, le vieil homme passa une main sous son bras, l'attrapant à l'aisselle pour l'aider à garde l'équilibre, il ne fit rien de plus, pas un instant il ne tenta de caresser la peau nue de la Neko, se contentant de la soutenir. Il ne put retenir cependant un sourire de satisfaction alors que les jambes étaient une à une vêtues des bas de tissu blanc comme la neige. Très vite le tout fut attaché au pan de jartelle, Alfonse était légèrement déçu, l'effet du blanc sur le mauve était moins agréable sans le string pour accentuer le changement de couleur, mais de voir ainsi les petites lèvres intimes de la Neko et la toison vierge restait excitant.

Enfin venait le moment important, la tenue de servante en plus de régaler les yeux ne marquait la soumission de la porteuse qu'avec les deux pièces suivantes, la coiffe et le tablier. Il savait que Beth avait toujours eu beaucoup de mal à les porter et maintenant qu'elle était une Neko avec une fierté bien trop grande cela serai encore plus éprouvant pour elle. Pourtant il pouvait sentir qu'il ne désirai qu'une chose, la voir se vêtir ainsi et apprécier l'humiliation qui en découlait pour elle. L'effort qu'elle fit fut visible, elle du même en fermer les yeux avant de nouer rapidement le tablier sur elle et de se couvrir de la coiffe de servante. La vision fut brève car elle fit tout cela très vite mais suffisamment longue pour qu'Alfonse puisse se délecter de la vision des seins serrés dans cette matière transparente, des tétons écrasés et pour lesquels il avait déjà des idées du futur. Il soutint le regard froid de la Neko, il laissa transparaître son plaisir et pas un instant il ne montra une gène quelconque, puis alors qu'elle le bousculait pour entrer il s'écarta et claqua la porte.

"Cette tenue te va à merveille Beth, je suis amplement satisfait", dit il en savourant la vision du fessier nue de la féline, la suivant jusqu'à la cuisine, "Je suis ravi que tu ondules ainsi des hanches, cela mais en valeur ton ravissant fessier", ajouta-t-il sérieusement dans le seul but d'embarrasser Lizzie.

Dans la cuisine il alla jusqu'à l'évier et du meuble en dessous sortit des gants, du produit pour la vaisselle et une éponge. Il expliqua à Lizzie comment marchait l'eau, une pression sur un bouton pour l'eau chaude, un autre bouton pour l'eau froide, et deux boutons pour augmenter ou diminuer la température. Il indiqua ensuite la pile de vaisselle, pas moins d'une dizaine d'assiette et de couvert qu'il avait laissé là, visiblement la vaisselle de plusieurs jours. Quand il eut finit il alla s'asseoir satisfait à la table et en prenant son journal conclut d'une voix autoritaire.

"Je tiens à ma vaisselle Beth, alors tache de ne pas être maladroite, chaque assiette ou verre cassé te rapportera trois tapes", dit il en dépliant son journal, "Être fessée comme une petite fille sera une très bonne punition pour toi, la douleur de tes fesses rouges le reste de la journée te rappellera la honte de ce moment, mais il ne tiens qu'à toi d'éviter cela.", termina-t-il en la regardant satisfait avant de commencer à lire le journal, levant souvent les yeux pour se satisfaire des fesses encore bien blanche de la Neko.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizzie Du Lac
Neïko Femelle
avatar

Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 01/05/2007

Maître ou Soumis ?
Préférance sexuel: Hétérosexuelle
Est maître de: Son corps
Est soumis par: Embersten Alfonse

MessageSujet: Re: Une semaine en enfer (PV Alfonse et Lizzie)   Mar 22 Mai - 4:47

"Je suis ravi que tu ondules ainsi des hanches, cela met en valeur ton ravissant fessier"

Lizzie accusa la remarque sans broncher, elle savait qu'il essayait de la provoquer, de l'embarrasser, et à vrai dire, ce qu'elle avait vécu jusqu'ici lui suffisait amplement pour remplir sa dose de honte jusqu'à la fin de sa vie se disait-elle. Aussi ne répondit-elle pas, essayant de faire semblant de ne rien avoir entendu, malgré sa queue hérissée et ses oreilles tendues qui la trahissaient. Elle mit de la distance entre eux, arrivant dans la cuisine avant Alfonse où elle l'attendit en réfléchissant...

La pièce, contrairement aux longs corridors du théâtre, était assez éclairée, chose qui n'arrangeait nullement la pudique neiko dont la transparence du tablier qu'elle portait se faisait plus prononcée encore. Abominablement gênée malgré les apparences, Lizzie ne savait quelle position adopter pour révéler au maître de maison le moins possible de son anatomie, lui tourner le dos étant exclu autant que possible du fait de ses fesses dépouvue de tout vêtement, et lui faire face étant tout aussi exclu à cause de la transparence du tablier laissant dévoiler ses seins d'une façon obscène. Après plusieurs essais de positions plus inconfortables les unes que les autres, Lizzie choisit d'observer Alfonse adossée au mur , les bras croisés sur sa poitrine pour en révéler le moins possible.

Justement ce dernier avait sorti tout un attirail de vaisselle, et était occupé à lui expliquer le fonctionnement de l'eau en lui expliquant bien entendu qu'elle devrait s'en occuper. Puis il s'assit dans la pièce et déplia son journal alors que Lizzie enfilait les gants d'une manière passablement énervée.


"Je tiens à ma vaisselle Beth, alors tache de ne pas être maladroite, chaque assiette ou verre cassé te rapportera trois tapes. Être fessée comme une petite fille sera une très bonne punition pour toi, la douleur de tes fesses rouges le reste de la journée te rappellera la honte de ce moment, mais il ne tiens qu'à toi d'éviter cela."


Je ne suis pas ta Beth, vieux gâteux sénile.
Siffla-t-elle entre ses dents

Enervée, elle fit couler l'eau chaude à un débit assez haut tout en rêvant de vengeance.


Non mais c'est pas vrai, il me prends pour qui? Une gourde? Je sais très bien tenir quelque chose sans le casser... Ahhh regarde-toi Lizzie, à faire la vaisselle de ce malotru, et dire que je n'ai jamais fait ça de ma vie, c'est vraiment... vraiment... raahhhhh....Bon...calme-toi... comment ça marche? ... Il me semble qu'il suffit de mettre un peu de produit et de frotter, c'est pas bien compliqué, des dizaines de servantes le faisaient chaque jour chez moi... Bon, alors... euh... Et dire que c'est moi qui doit faire ça ! Il faut vraiment que je me sorte de cet endroit infect le plus vite possible... Oh mais attends, qu'est-ce qu'il regarde, là? Oh non...

Après avoir enduit de produit, trempé dans l'eau et frotté grossièrement 3 assiettes et 1 verre avec un résultat moyen, elle remarqua l'insistance qu'il avait à matter son fessier, ce qui la gêna profondément, faisant monter un rougoiement à ses joues brûlantes. Lizzie essaya de continuer la vaisselle en se mettant de profil, mais réalisa qu'en plus de dévoiler sa poitrine, la tâche s'avérait beaucoup plus compliquée. Elle retourna à sa position initiale, puis réessaya de se bouger pour échapper au regard de l'homme. Vraiment, Lizzie ne supportait pas le voyeurisme ! Elle continua à se dandiner comme ça pendant plusieurs minutes avant qu'un évènement imprévu perturbe la scène.

En effet, ayant complètement oublié de fermer le robinet qui continuait à cracher l'eau chaude à une vitesse folle, l'évier fut vite saturé et l'eau coula sur le sol de la cuisine. Lizzie n'ayant absolument rien remarqué avant ce moment, plongée comme elle l'était dans ses pensées, fit un faux pas et glissa sur le carrelage. Dans un réflexe presque surhumain, elle essaya de se raccrocher à quelque chose sur l'évier, mais ne réussit qu'à faire tomber les 5 derniers verres et l'assiette restante qui se brisèrent au sol en un fracas assourdissant.

Lentement, Lizzie se releva, se massant les hanches qui la faisaient un peu souffrir, après sa chute, et constata les dégâts...
Le bon côté était qu'elle avait fini la vaisselle....
Le mauvais....
Lizzie jeta un rapide coup d'oeil en coin à Alfonse, appréhendant sa réaction...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Embersten Alfonse
Propriétaire du théatre
avatar

Nombre de messages : 11
Age : 36
Date d'inscription : 03/05/2007

Maître ou Soumis ?
Préférance sexuel: Hétéro
Est maître de: Lizzie
Est soumis par: Sa folie

MessageSujet: Re: Une semaine en enfer (PV Alfonse et Lizzie)   Mar 22 Mai - 14:36

Alfonse ne put s'empêcher de sourire en observant la neko, celle-ci ne semblait pas supporter la nudité et encore moins son regard. Il avait déjà vu comment elle avait dissimulé à sa vue son corps en s'appuyant contre le mur, masquant sa poitrine de ses mains,. Étrange d'ailleurs puisque la guêpière la masquait déjà, alors que le tissu transparent laissait voir l'intimité de la demoiselle. Mais ce qu'il avait du mal à supporter était la façon dont elle lui avait parlé, oh il n'avait rien dis pour le moment, mais il n'avait pas oublié ce ton de voix méprisant et les paroles prononcées. Lizzie ne le savait encore pas mais il lui ferai payer très chère pour avoir osé le rabaisser comme l'avait fait par le passé son épouse, ravivant une vieille blessure qu'il épanchait en torturant la féline.

Alors pour démarrer sa vengeance il attendit quelques minutes puis plia bruyamment son journal qu'il posa devant lui. Il commença à caresser du regard le corps de la belle, partant de la nuque pour descendre jusqu'au fessier nu qui ne quitta plus un instant. Quand la demoiselle s'en aperçu, quand elle le regarda droit dans les yeux, il ne se détourna pas, il lui sourit puis reporta son attention sur le fessier sachant que cela la gênerai, et il fut récompensé par la teinte rouge vive que prirent les joues de la servante. Il avait bien vu l'eau couler, et déborder pour rendre le sol glissant, cela aussi il lui compterai dans la punition qui viendrai. Il ne put s'empêcher de rire, un rire moqueur à voix haute lorsque la dominée tenta de poursuivre la vaisselle de profil, puis comprenant qu'elle ne pourrai pas elle se remit de dos. Alors Alfonse se régala, la neko en voulant esquiver son regard et à cause de la gène, commença à se dandiner. Sous ses yeux il pouvait la voir passer d'un pied sur l'autre, voir ses fesses bouger langoureusement, montant et descendant délicieusement.

"Cherches tu à me séduire et à me faire perdre mes moyens Beth ?", demanda-t-il en sachant que ce n'était nullement le cas, "Car je dois avouer que de te voir dandiner ainsi tes fesses et très excitant", ce qui cette fois était la plus pure vérité.

Peut être était ce à cause de ce qu'il venait de dire en plus que l'eau sur le sol, mais il finit à peine sa phrase que Lizzie glissa, tentant de se reprendre et de s'accrocher désespèrement à quoi que ce soit. Mais dans sa chute la nouvelle domestique ne trouva que la vaisselle qu'elle n'avait pas encore pu laver. Alfonse ne perdit pas un instant, il se leva et se précipita au chevet de Lizzie, doucement il l'aida à se relever et la guida jusqu'à une chaise, prenant soin d'éviter les bout de verre, soulevant pour cela la demoiselle comme si elle ne pesait rien. Puis il se pencha vers elle un visage plein d'inquiétude.

"Vas tu bien Beth ? N'es tu pas blessée ?", demanda-t-il en l'examinant puis soupirant de voir que tout allait bien.

Il se leva et chose étonnante ne se dirigea pas vers l'évier, il alla à la porte qu'il ferma et verrouilla avant de glisser la clef dans sa poche. Alors il alla à l'évier et coupa l'eau, d'un geste il compta ce qui avait été lavé et en déduisit ce que la Neko venait de briser. Il retourna jusqu'à une chaise qu'il tira et vint se mettre en face de Lizzie, le vide les séparant. Il s'assit et posa sur elle un regard à la fois heureux et dur, l'inquiétude passagère ayant totalement disparu. Sa voix était lourde quand il s'exprima, cachant mal la colère sourde qui enflait en lui.

"Tu as osé m'insulter Beth, alors que tu dois le respect à ton maître, pour cela tu passeras le reste de la journée nue jusqu'à demain matin où tu reviendras chercher cette tenue", dit il d'une voix autoritaire, "Tu as brisé une assiettes et cinq verres, ce qui te rapporte dix huit tapes, mais comme tu as gaspillé de l'eau en laissant celle-ci couler nous monterons à vingt.", un sourire dominateur étira ses lèvres, une lueur de plaisir pervers à la limite de la folie brillant dans ses yeux, "Maintenant viens te mettre en place sur mes genoux, viens recevoir la fessée que tu mérites."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizzie Du Lac
Neïko Femelle
avatar

Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 01/05/2007

Maître ou Soumis ?
Préférance sexuel: Hétérosexuelle
Est maître de: Son corps
Est soumis par: Embersten Alfonse

MessageSujet: Re: Une semaine en enfer (PV Alfonse et Lizzie)   Jeu 24 Mai - 7:35

Lizzie se sentit soudain soulevée avec une aisance incroyable, cet Alfonse était décidément quelqu'un de costaud... Il la guida jusqu'à une chaise où elle pût s'asseoir, puis l'examina pour ne constater que des blessures superficielles? La gentillesse momentanée de l'homme laissa à Lizzie un angle de réflexion qu'elle ne se priva pas d'exploiter pendant qu'Alfonse vaquait à ses petites occupations. Ele remarqua qu'il avait fermé la porte à clé, puis qu'il s'était dirigé vers la vaisselle. Pendant ce temps, Lizzie réfléchissait:

*Bon....Au vu de sa détresse évidente manifestée lors de ma chute, de son attitude générale et de son esprit un peu dérangé, il serait parfaitement possible qu'il ait peur que je me fasse mal, que je me blesse avec quoique ce soit, et veut m'en préserver. Si on y réfléchit bien, il n'a jamais tenté de me faire du mal physiquement, et la seule chose qu'il souhaite, c'est de m'humilier, et de me rabaisser plus bas que terre, il veut me voir honteuse et obéissante à ses moindres désirs, mais n'utilisera pas la violence pour arriver à ses fins. Mieux, la moindre égratinure que je me ferais pourrais l'amener à être aux petits soins pour moi. Voilà enfin une faille que je pourrais éventuellement exploiter... Reste à savoir, comment...*

"Tu as osé m'insulter Beth...

Lizzie sortit de ses pensées, et releva la tête avec un regard surpris

*Il a une sacrée bonne ouïe pour un vieux ! S'il a le sommeil léger, ça va être difficile de....*

...pour cela tu passeras le reste de la journée nue jusqu'à demain matin où tu reviendras chercher cette tenue"


Lizzie tressaillit, la voix et el regartd de l'homme était vraiment inquiétante, son indignation concernant son traitement se mélangeait à son appréhension, étrange mélange de sentiments qui résultat en un balbutiement incompréhensible en réponse:


Mais...Je...Tu...nfin...r...e..n...ion


Mais il continua, néanmoins bien plus calmement


"Tu as brisé une assiettes et cinq verres, ce qui te rapporte dix huit tapes, mais comme tu as gaspillé de l'eau en laissant celle-ci couler nous monterons à vingt. Maintenant viens te mettre en place sur mes genoux, viens recevoir la fessée que tu mérites."


Elle le regarda avec des yeux comme des billes tout en sentant un réchauffement famillier monter sur ses joues. Etait-il vraiment sérieux?
Il le semblait tout du moins, il voulait vraiment la fesser comme une petite fille qui aurait fait une bêtise. Du moins une petite fille normale, car Lizzie n'avait jamais été fessée de sa vie, on lui avait toujours laissé faire tout ce qu'elle voulait ! Elle réfléchit rapidement à la situation, essayant de se soustraire à cette douloureuse punition, cette perspective l'horrifiait....
Elle commença à parler:


Ne crois pas que je vais venir volontairement me faire frapper par un....


Puis elle s'arrêta un court instant pour réfléchir, au terme duquel elle réalisa qu'elle était en train d'agraver son cas, et que si elle voulait échapper au châtiment, elle n'avait pas le choix, elle respira un grand coup et tenta d'oublier toute pudeur pour parler à Alfonse avec sa façon de raisonner. A présent rouge pivoine, elle s'humilia elle-même en prenant la parole, essayant de prendre contenance pour paraître sûre d'elle:


Hum....Ce qui est arrivé était un accident... Tu ne vas quand même pas risquer d'habimer ces si jolies, laiteuses petites fesses que tu aimes tant, rien que pour un accident, si? Tu aimes leur blancheur naturelle, la douceur de ma peau, tu t'en délecte à chaque instant.

Lizzie se leva, face à Alfonse. Elle respira un grand coup, puis une deuxième fois, serrant les poings et fermant les yeux très fort.


*Je n'arrive pas à croire que je suis en train de faire ça...*

Puis elle fit demi-tour et se pencha légèrement en avant, de façon à exposer sa croupe à l'homme de ses tourments. Toujours en serrant les poings, en fermant les yeux, sa queue se balançait involontairement de droite à gauche, comme pour la narguer. Alors elle repris la parole, serrant les dents:


Tu ne voudrais pas risquer d'irriter une peau si sensible, de maltraiter un fessier si pur, si ferme, juste pour un accident...Non?


Puis elle attendit son verdict dans cette position, elle ne pouvait s'empêcher de se sentir lâche, et faible. Se rabaisser ainsi pour éviter la punition n'était pas dans sa nature. Mais elle n'avait réellement pas envie de faire l'expérience d'une fessée...Chose qui serait non seulement humiliant, mais aussi douloureux.


Dernière édition par le Ven 25 Mai - 20:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Embersten Alfonse
Propriétaire du théatre
avatar

Nombre de messages : 11
Age : 36
Date d'inscription : 03/05/2007

Maître ou Soumis ?
Préférance sexuel: Hétéro
Est maître de: Lizzie
Est soumis par: Sa folie

MessageSujet: Re: Une semaine en enfer (PV Alfonse et Lizzie)   Jeu 24 Mai - 12:02

Il était étrange de noter la réaction de Lizzie, la demoiselle avait su pourtant depuis le départ ce qu'elle endurerai si elle brisai de la vaisselle, alors Alfonse fut étonné lorsqu'elle écarquilla les yeux, mais satisfait lorsqu'il la vit rougir. Le ton menaçant et méprise qu'elle prit alors ferma son visage, le rendant plus dur, est ce cela qui fit stopper la Neko, il se le redemanda souvent par la suite. Mais la demoiselle s'arrêta, elle soutint son regard et sembla réfléchir, puis le discours reprit et fut tout autre. Alfonse avait du mal à croire ce qu'il entendait et pourtant il ne pouvait nier les paroles de la Neko. Des paroles qui montraient maintenant un début de soumission, de séduction.

Les paroles le surprise, pas tant que la Neko cherche à éviter la punition, mais qu'elle tente de lui vendre ses charmes, qu'elle dépasse ainsi sa honte et sa pudeur pour se mettre en avant. Et surtout le visage maintenant rouge qui lui laissait voir le prix de cet aveu. Cependant il devait admettre que Lizzie avait raison, tout ceci n'était qu'un accident et non il ne désirai pas la blesser. Alors dans l'esprit d'Alfonse commença une bataille entre son envie de dominer Lizzie et son envie de prendre soin et de cajoler Beth. Pendant ce temps il ne quitta la féline des yeux, il continua simplement à écouter, son trouble maintenant visible sur ses traits.

il n'eut pas à soutenir le regard plus longtemps, la demoiselle se leva et dans un sursaut de contrôle il se prépara à l'attraper lorsqu'elle tenterai de fuir. Mais elle ne le fit pas, elle serra les poings, elle inspira deux fois pour se donner du courage, puis en soupirant se retourna pour exposer ses fesses. Ce fut la première fois et non la dernière que Lizzie prit ainsi un position plus sexy pour Alfonse en se courbant légèrement en avant, mettant en valeur sa croupe dont la queue de Neko se balançant de droite à gauche attisait finalement un peu plus le désir de l'homme. Et chacune des paroles fit vaciller un peu plus sa résolution, mais malgré tout cela, malgré la beauté de Lizzie qu'il voulait préserver il savait que faiblir maintenant lui coûterai la soumission de la féline.

"Tu as raison Beth, il serrai dommage de te blesser, mais tu dois être puni, non seulement parce que tu as brisé la vaisselle mais aussi parce que tu me manques de respect en n'omettant de vouvoyer ton maître Cependant je serai indulgent car il vrai que ceci était avant tout un accident, si tu viens de toi même te mettre en place et réclamer ta punition tu n'auras que cinq tapes, et afin d'atténuer la douleur, si tu le désires je te masserai entre chacune jusqu'à ce que tu sois prête à recevoir la suivante", termina-t-il en souriant, non plus de la façon perverse mais tendre, un éclat doux dans le regard malgré l'étrange proposition qu'il venait de faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizzie Du Lac
Neïko Femelle
avatar

Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 01/05/2007

Maître ou Soumis ?
Préférance sexuel: Hétérosexuelle
Est maître de: Son corps
Est soumis par: Embersten Alfonse

MessageSujet: Re: Une semaine en enfer (PV Alfonse et Lizzie)   Dim 27 Mai - 4:25

Tu as raison Beth, il serrai dommage de te blesser, mais tu dois être puni, non seulement parce que tu as brisé la vaisselle mais aussi parce que tu me manques de respect en n'omettant de vouvoyer ton maître Cependant je serai indulgent car il vrai que ceci était avant tout un accident, si tu viens de toi même te mettre en place et réclamer ta punition tu n'auras que cinq tapes, et afin d'atténuer la douleur, si tu le désires je te masserai entre chacune jusqu'à ce que tu sois prête à recevoir la suivante

Lizzie se redressa, toujours dos à Alfonse, écoutant attentivement ce qu'il avait à dire sans pour autant se tourner, mais cette fois, c'était pour ne pas montrer les différentes mimiques qui traversaient son visage au fur et à mesure de son discourt. Quand il eu finit, Lizzie repris sa réflexion en serrant les dents. Ca n'avait pas marché.... Du moins.... Pas comme elle l'espérait. Mais fallait-il en attendre plus d'Embersten Alfonse ? Elle ne saurait le dire... Elle jouait à un jeu risqué, elle le savait. Prisonnière d'un psycopathe à moitié scysophrène dans une ville inconnue, elle se rendait à présent compte qu'elle aurait peu de chances de s'en sortir sans un minimum de sacrifices. Néanmoins, l'ajout de cette condition supplémentaire la dérangeait fortement.

*Réclamer ma punition? Non mais il rigole? Je... je ne vais quand même pas... Non.. impensable, impossible ! Jamais tu m'entends? JAMAIS...
Je refuse de me rabaisser à ce point... J'ai déjà fait de gros efforts pour satisfaire ce pervers, mais là c'est trop ! D'un autre côté, 5 tapes, ce sera vite passé, si je le contrarie il risque de faire bien pire... NON NON et NON c'est hors de question que je fasse ça, quel sadique il est, même après tout ce que j'ai fait il me propose des choix innacceptables pour m'humilier encore un peu plus! Bon.... Calme-toi...
Eventuellement, je pourrais...*


J'accepte !


Elle fit volte-face et baissa la tête, ne voulant pas le regarder dans les yeux de peur de voir sa détermination s'effriter devant son regard, serrant ses poings, inspirant profondément à chaque pas pour se calmer, elle regarda ses pieds avancer lentement, très lentement vers son hôte qui souriait sans doute d'un air triomphant. Arrivée jusqu'à lui, elle grimaça, puis, tout aussi lentement, grimpa sur les genoux d'Alfonse et se coucha sur le ventre.

Dans cette position, Lizzie pouvait sentir ses seins se frotter contre les genoux d'Alfonse. Ses longs cheveux quand à eux, tombaient maintenant jusqu'au sol, masquant son visage inexpressif à la vue de l'homme tandis que ses mains étaient posées à terre pour maintenir l'équilibre de sa position. Restaient donc les fesses nues de la belle qui se présentaient à Alfonse et sa queue, qui continuait de s'agiter dans tous les sens, chatouillant de temps à autres les moustaches de ce dernier.


Bon, finissons-en !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Embersten Alfonse
Propriétaire du théatre
avatar

Nombre de messages : 11
Age : 36
Date d'inscription : 03/05/2007

Maître ou Soumis ?
Préférance sexuel: Hétéro
Est maître de: Lizzie
Est soumis par: Sa folie

MessageSujet: Re: Une semaine en enfer (PV Alfonse et Lizzie)   Jeu 31 Mai - 10:47

La féline hésitait, même si Alfonse ne pouvait pas voir son visage, il pouvait le deviner au balancement inconscient de sa queue et aux convulsions de ses mains, les serrant fortement avant de se relâcher par moment. Le propriétaire du théâtre se retint de tendre la main pour venir caresser les fesses laiteuse qui semblaient l'appeler, sachant qu'alors il perdrai tout les progrès qu'il avait réalisé depuis que Beth lui était revenu. Il ne put retenir un sourire quand la neko se plia à sa volonté, l'annonçant à voix haute, il apprécia cette assurance alors que bientôt se voix crierai sa douleur. Mais encore une fois, la tête baissée et les poings de Lizzie se serrant montraient à quel point cette concession, cette soumission lui coûtait, mais elle l'avait accepté et cela satisfaisait Alfonse.

Il ne bougea pas, ne la pressa pas, la laissa venir se poser sur ses genoux, pas un instant elle ne vit son sourire pourtant il était bien présent. Quand enfin elle fut en place il attendit un moment appréciant simplement la vue du dos de la demoiselle et de son postérieur offert à ses mains. Sentir ainsi le corps de la demoiselle sur lui l'excita et il dut faire un effort pour le masquer, alors que les seins de la belle frottant sur ses genoux ne cessaient de l'émoustiller. Heureusement sa queue de Neko venant jouer avec sa moustache l'agaçait au plus haut point et l'aidait à se maîtriser. Il vint poser une main juste au dessus des fesses dans le creux du dos et alors qu'il allait commencer il la déplaça.

"Allons Beth, je veux voir ton visage à chaque tape", dit il en repoussant les cheveux sur le coté du visage de Lizzie opposé au sien.

Il repris sa position, replaçant sa main dans le creux du dos, maintenant ainsi la demoiselle avec force, l'empêchant de se soustraire à la punition qui était sur le point de s'abattre sur ses ravissante fesses. Pourtant la tape ne viens pas, la première claque se fit attendre. Non pas qu'il voulait angoisser Lizzie en retardant ce moment, mais parce que maintenant qu'il devait passer à l'acte, sa détermination à lui semblait s'effriter, la peur de blesser Beth devait trop importante pour qu'il ose claquer son amour. Ce furent les paroles de la dominée qui lui permirent de reprendre, la demoiselle ne sachant pas à quel point elle venait de passer près d'échapper à la correction. Une fois de plus elle n'avait pas affiché le respect auquel il avait droit, maintenant encore elle faisait la fière et semblait le mépriser.

La main se leva et vint s'abattre avec force, un claquement puissant se fit entendre et quand il la retira la trace rouge de ses doigts était maintenant visible sur le corps de la jeune fille. Cela aurait du l'horrifier, le dégoûter, marquer ainsi celle qu'il aimait, pourtant cela ne fit que l'exciter d'avantage, contre sa jambe, sous le ventre de la neko il était maintenant de sentir sa verge se gorger de sang et durcir rapidement. La seconde tape fut moins forte, presque inexistante en comparaison de la première. La troisième arriva avec vitesse également, dans la pièce après le premier claquement n'avait suivi que deux bref son, pourtant les fesses continuaient à rougir doucement.

"Ne me manque plus de respect Beth ! N'oublies pas ton rôle, tu es ma servante docile et soumise, ne m'oblige pas à te punir avec méchanceté.", dit il en accusant la jeune fille d'être responsable de tout ceci.

Sa main ne revint pas frapper la fesse, à la place elle commença à la caresser avec douceur, la massant même, prenant soin avec la plus grande délicatesse cette fois du corps qu'il venait de maltraiter. Oh Alfonse n'oubliait pas qu'il restait deux tapes à donner mais il tenait la promesse qu'il avait faite à Lizzie, il attendrai que la douleur soit moins vive pour reprendre. A moins que ce ne soit que par plaisir comme pouvait le constater la malheureuse en sentant le sexe gonflé et palpitant contre son verre. Avec un sourire et une fois emprise de plaisir il lui rappela.

"Dis moi quand tu seras prête pour les deux dernières Beth, ne te presse pas, laisse moi faire cesser cette douleur", et sans qu'elle ne puisse le voir venir il se pencha et déposa un baiser sur la fesse, un baiser à la fois doux et chaud.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizzie Du Lac
Neïko Femelle
avatar

Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 01/05/2007

Maître ou Soumis ?
Préférance sexuel: Hétérosexuelle
Est maître de: Son corps
Est soumis par: Embersten Alfonse

MessageSujet: Re: Une semaine en enfer (PV Alfonse et Lizzie)   Dim 1 Juil - 4:03

La féline ne sentit pas tout de suite la douleur arriver et cela l'agaça au plus haut point. N'étant pas de nature soumise, elle entendait en finir avec cette nouvelle humiliation aussi vite que possible, mais l'homme semblait prendre son temps... Il alla même jusqu'à découvrir le visage de la jeune femme afin de ne rien manquer de sa réaction quand il la fesserait.

Allons Beth, je veux voir ton visage à chaque tape

*Je te hais !*

Il attendit encore un moment avant que son impatience l'emporte et qu'elle rappelle à l'ordre l'homme qui vagabondait dans ses pensées...
Dès cet instant, la première tape ne se fit plus attendre, surprenant néanmoins Lizzie qui sous l'effet de la surprise et de la douleur, écartilla les yeux en ravalant un cri, sa queue se raidit et ses oreilles de chats de dressèrent, et par reflexe elle essaya de se défaire de la poigne de l'homme... En vain...
Dieu que cet homme était violent, elle se repris 2 tapes supplémentaires avant que l'homme ne fasse une pause.
Pour la petite fille gâtée qu'était Lizzie, la douleur lui fit comme un choc électriques. Ses fesses si vierges de tout maltraitement étaient particulièrement sensible à cette punition et déjà elle les sentait brûler...


Ne me manque plus de respect Beth ! N'oublies pas ton rôle, tu es ma servante docile et soumise, ne m'oblige pas à te punir avec méchanceté


A la douleur se mélangea l'indignation et elle tourna un regard incrédule vers l'homme qui semblait jouer la victime avec un accent mélodramatique abherrant. Toute haletante, elle ne trouva aucune réplique cinglante à lui jeter en face. De toute façon, son intuition lui disait que ce n'eut été une bonne idée....
Puis quand il vint caresser ses fesses, l'indignation se mua en dégoût en sentant le verge gonflée de l'homme se frotter obscènement à son ventre plat.


*Et il y prends plaisir en plus, le salaud*


Elle ferma les yeux, essaya de se calmer, inspira profondément en essayant de faire abstraction de sa main baladeuse et de sa verge dégoutante, oui... elle devait vraiment se calmer sinon son tempérament capricieux allait encore lui faire dire des choses qui pourraient lui attirer des ennuis. Seulement, tous ses espoirs de sérénités s'envolèrent avec le baiser qu'elle sentit sur ses fesses, la faisant sursauter et exploser

CA SUFFIT DEGOUTANT

Visiblement, la furie n'était pas encore domptée, car en cet instant elle ne pris plus le temps de réfléchir aux conséquences et s'agita avec la vigueur du démon pour échapper à la poigne du pervers dominateur.
Battant des pieds, gigotant et se tordant ans tous les sens, ses cheveux parfaitement lisses, couplés à la rougeur de ses joues donnaient à présent à Lizzie l'allure d'une sauvageonne, la rendant encore plus désirable qu'elle ne l'était déjà.
Mais cette dernière n'en avait cure, car tout ce qui comptait pour elle à cet instant, était de se défaire des entraves de ce vicieux et de partir loin de lui au plus vite.
Malheureusement, ce n'était, dans l'état actuel, pas vraiment possible...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une semaine en enfer (PV Alfonse et Lizzie)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une semaine en enfer (PV Alfonse et Lizzie)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une semaine en Enfer ou une sortie à la plage [RP collectif]
» Potins à gogo ~ ragot de la semaine
» Chine: Amérique, va en enfer
» L'enfer n'est jamais la fin [PV]
» Les Feux de l'Enfer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Olphéra :: Olphéra, la capital :: Quartier Ouest :: Le théâtre-
Sauter vers: