Olphéra, le pays de légende… Chercherez vous les cinq objets mystiques ou vivrez vous votre vie simplement… ? Incarnez un Humain, un Esclave, un Neïko ou un Hybride…Serez vous soumis ou rebellé ?
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Tu fait quoi?! [PV Amar Orion]

Aller en bas 
AuteurMessage
Viktor Flinndak
Enfant de la famille héritière
avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : Sûrement dans le domaine Flinndak
Date d'inscription : 08/05/2007

MessageSujet: Tu fait quoi?! [PV Amar Orion]   Sam 12 Mai - 18:17

Enfin libre ! A première vue, ce n’est pas vraiment le genre de phrase qu’une Flinndak devrait penser. Mais plutôt le genre de pensée qu’un quelconque esclave (qu’il soit humain ou non) devrait avoir. Pourtant, c’était tout à fait approprié pour la cadette de cette grade famille. Elle avait enfin réussi à quitter le manoir. Après plusieurs semaines sans avoir pu mettre un pied en dehors de la propriété, Viktor avait tout simplement décidé de faire le mur. Oui, elle avait prit son courage à deux mains, chose qui n’était pas difficile puisqu’elle en avait à revendre, et avait gracieusement escalader un arbre proche d’un des murs qui entourait tout le domaine Flinndak. Après avoir enfin mit le pied à terre, la fillette s’était mise à courir comme une folle le plus loin possible de chez elle.

Elle s’était levée très tôt ce matin, remontée à bloque, bien décidée à aller voir du pays. D’ailleurs, elle avait en tête depuis la veille l’endroit où elle désirait aller. Prenant un rapide petit déjeuner, Viktor était remontée dans sa chambre pour enfiler un bon vieux pantalon en toile blanche et une petite chemise blanche également. Bon d’accord, il fallait avouer que question discrétion, ce n’était pas le top. Mais de toute manière, elle se doutait bien que si on désirait la retrouver, ce n’allait pas être ses vêtements qui allaient faire en sorte qu’on la retrouve plus vite. Et puis qui aurait envie de la retrouver elle ? Cette enfant non désirée ?

Viktor était donc enfin libre, bien décidé à savourer sa journée. Jusqu’au milieu d’aprèm, la demoiselle avait courue, ne s’arrêtant que pour reprendre son souffle. Elle allait dans une direction bien précise. Lorsqu’elle était plus jeune, sa nourrice l’emmenait souvent dans un gigantesque parc resplendissant. Viktor avait de merveilleux souvenir ancré là-bas et elle avait de suite pensé à cet endroit lorsqu’elle avait prit la décision de partir seule, à l’aventure. Ce fut finalement une petite heure plus tard qu’elle arriva dans cet immense parc. Malheureusement, et à sa plus grande surprise, à sa plus grande déception, le parc n’était plus du tout ce qu’il était autrefois…

Lorsqu’elle était petite, le parc était merveilleux, avec des arbres et des haies parfaitement entretenues, des fleurs multicolores qui parsemaient l’endroit de couleurs vives et de senteurs exquises… Il y avait toujours un monde fou, des mères et ses enfants qui jouaient gaiement dans l’air de jeu… Des amoureux qui venaient se bécoter en public… Le parc entier résonnait des cris d’enfants qui s’amusaient… Et maintenant ce parc faisait pitié… Il avait été complètement laissé à l’abandon… Plus personne ne semblait y mettre les pieds. De toute manière, c’était quasiment impossible. Les herbes hautes te sauvages étaient quasiment aussi grandes que la fillette. Les arbres commençaient à mourir un à un. Une grande déception, voir même une profonde tristesse passa lors dans le regard de la jeune fille.

Après un long soupire, Viktor se décida quand même de pénétré dans ce lieux jadis si merveilleux. Les poings serré, surtout de peur qu’une bête, que ce soit un serpent ou autre, ne l’attaque, Viktor marchait à pas lent. Oui elle était vraiment déçue. Elle qui se faisait une joie de revenir ici… Finalement, au fond d’elle, Viktor se dit qu’elle avait fait tout ça pour rien…

Alors qu’elle s’apprêtait à rentrer chez elle, dans cet immense manoir aussi lugubre que l’était devenu ce parc, quelque chose attira son attention. La curiosité de la fillette reprit le dessus sur sa déception. Elle avait vu quelque chose bouger. Mais ce quelque chose était bien trop grand pour pouvoir être une petite bête. A pas de loup, et se baissant légèrement pour qu’on ne la voit plus, Viktor s’approcha… Et vit qu’il y avait bien quelqu’un. Un homme de toute évidence. Ou alors si c’était une femme, elle devait être vraiment baraqué… Viktor leva le bout de son nez pour tenter de voir ce que cet homme pouvait bien faire ici. Mais il n’y parvint pas. Toujours en essayant de faire le moins de bruit possible, elle se rapprochait de plus en plus… Quant elle décida qu’elle était assez près, Viktor se mit en position accroupit et attendit de comprendre ce que cet homme était en train de faire. Finalement, elle n’avait peut-être pas perdue sa journée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amar Orion
Traqueur(euse)
avatar

Nombre de messages : 77
Age : 30
Date d'inscription : 06/05/2007

Maître ou Soumis ?
Préférance sexuel: Hétérosexuel
Est maître de: la liberté de plusieurs esclaves
Est soumis par: les ruines de sa conscience

MessageSujet: Re: Tu fait quoi?! [PV Amar Orion]   Sam 12 Mai - 23:57

Le travail d'Amar était presque un jeu. Ou plutôt, une partie de chasse. Oui, c'était ça. On devait trouver les traces de sa proie, la poursuivre, et la capturer quand on le pouvait. Depuis son "retour" dans la région d'Olphéra, le traqueur n'avait pas beaucoup travaillé. Premièrement, il s'était procuré une hybride qui s'occuperait de sa maison, mais il lui avait trouvé une tâche beaucoup plus intéressante. Et lucrative aussi. Pourtant, ce plan devrait attendre, ou plutôt mûrir.

Deuxièmement, Leila. Lors de l'une de ses premières nuits dans la ville à marcher ici et là, il l'avait rencontrée dans un petit bar chic. Très sensuelle, elle semblait avoir essayé de l'emmener dans son lit dès leur première rencontre. Et la maudite héritière avait réussi. Quoiqu'il fallait avouer que cela n'avait pas été si mal que ça ce petit moment d'intimité... Tout ce qu'il restait à souhaiter, c'est qu'elle n'était pas tombée enceinte. Elle aurait dû prévoir la pillule! Bon, ce qui était fait était fait. Croisons les doigts, et espérons qu'elle ne s'attache pas trop à lui. Amar ne se voyait pas du tout comme un mari.

Alors, enfin, il débutait son travail. Et il allait le débuter ici. Un joli endroit désert sans un seul humain aux alentours. Parfait pour un esclave ça, non? Il valait toujours mieux faire taire les doutes. Et la meilleure façon serait d'explorer ces lieux.

Cette fois-ci, au lieu de son habituelle chemise blanche et de son pantalon noir, il avait opté pour un chandail à manches courtes gris et un jean foncé. Et aussi son blouson en cuir marron qu'il portait malgré la relative chaleur. Cela ne le dérangeait nullement, et si il y avait une proie potentielle dans les parages, ses vêtements actuels seraient beaucoup plus utiles comme camouflage.

Et de plus, dans sa main droite se trouvait un pistolet. Un magnum argenté à barillet de six coups. La plupart portaient un blanc foncé, mais il préférait cet argent chrome. On pouvait même y voir son reflet; déformé certes, mais il trouvait que son arme avait de la classe. Quant à l'étui, ce dernier se trouvait sous son aisselle gauche. Enfin, il arriva dans une clairière. Cela resemblait étrangement à un ancien parc...

Pourquoi ne pas se cacher et attendre sa proie? Car Amar voulait qu'on le remarque arriver, son pistolet à la main. De cette façon, sa proie essaierait de s'enfuir et provoquerait du bruit. Un bruit assez fort pour ses oreilles. Et c'est ce qui arriva.

À sa droite, quelque chose se déplaçait. À peine dix mètres de distance. Amar se retourna rapidement et marcha dans la direction de sa nouvelle proie d'une démarche rapide. Son regard, froid, fixait les herbes hautes devant lui. Et enfin, il la captura. De sa main gauche, il prit le cou de la fillette et la souleva pour la mettre devant lui. Son pistolet était prêt à tirer dans une des jambes de l'esclave si elle tentait de fuir.

Cependant... aucune oreille de Neïko. Aucune queue non plus. Qu'est-ce que cela voulait dire? Amar observa le corps de la gamine et ne remarqua aucun signe distinctif qu'un hybride pouvait avoir. Le traqueur fronça des sourcils et remit son pistolet dans son étui. Avec sa main à présent libre, et l'autre tenant sans brusquer le cou de la jeune femme, Amar l'examina.
Sa main se posa tout d'abord sous la petite poitrine de sa proie, et descendit jusqu'à son ventre, touchant sa peau à travers le chandail blanc. Ce fut de même pour les jambes. Son attention se dirigea alors vers le visage de "l'esclave". Des yeux normaux. Les cheveux aussi. Des oreilles rondes... Rien, absolument rien d'anormal. Enfin, Amar la reconnut.

La petite soeur de Leila. Que faisait-elle ici?!? Elle devrait se trouver au manoir, en train de jouer à la poupée ou autre chose. Commencer à sortir avec les garçons, aller au centre-commercial, jouer avec ses esclaves... tout ce que les jeunes riches hypocrites font d'habitude. Et au lieu de cela, elle était ici, avec le dernier amant de sa soeur.

"Merde... j'ai pas d'bol... pourquoi je tombe toujours sur les héritiers Flinndak? Je dois les attirer comme la peste... au moins, toi, t'es une gamine. Alors, y'a pas vraiment de chances que tu couches avec moi."

Amar relâcha le cou de la jeune femme. Son regard las et fatigué habituels vinrent remplacer son instinct de traqueur. Il mit ses mains dans les poches de son jean, et son dos se voûta légèrement.

"Tu ne devrais pas être ici... je bosse. Et si je t'ai touchée, c'était pour vérifier que tu n'étais pas un hybride. Alors, ne me prends pas pour un pervers..."

Bon, c'était vrai qu'il voulait vérifier, mais fallait avouer qu'il n'avait pas détesté la toucher... Ha non! Le premier signe de pédophilie! Les Flinndak étaient véritablement dangereux...


Dernière édition par le Dim 13 Mai - 20:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Viktor Flinndak
Enfant de la famille héritière
avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : Sûrement dans le domaine Flinndak
Date d'inscription : 08/05/2007

MessageSujet: Re: Tu fait quoi?! [PV Amar Orion]   Dim 13 Mai - 19:54

Toujours cachée derrière les mauvaises herbes plus hautes qu’elle, la fillette regardait d’un œil très curieux ce que faisait le nouveau personnage qui venait d’entrer sur scène. Ses sourcils se plissèrent en même temps que ses grands yeux. Ne l’avait-elle pas déjà vu quelque part cet homme ? Humm quelque chose lui disait que si. Dans sa façon de marcher peut-être ? Mais où ? Ca elle n’en avait aucune idée. Et de toute manière, l’homme était bien trop loin pour qu’elle puisse mettre ne serait-ce qu’un nom sur son visage. Levant la tête de temps en temps, Viktor remarqua qu’il avait un étrange objet dans une de ses mains. Mais encore une fois, elle avait dû mal à l’identifier.

Se tassant encore plus à chaque fois qu’elle pensait se faire voir, Viktor s’approcha encore un peu plus. Une petite pointe d’adrénaline était en train de monter en elle. Il fallait avouer que ce n’était absolument pas dans les habitudes de la cadette des Flinndak de s’amuser à espionner les gens. Mais pour une première fois, elle avait l’impression de pas trop mal s’en sortir. Le bonhomme ne l’avait toujours pas vue… Grave erreur ! Pourquoi s’avançait t-il alors tout droit vers elle d’un pas rapide et déterminé ? Le sang de Viktor se figea quelques secondes. Elle s’apprêtait à faire demi tour et à courir comme une folle pour ne pas se faire prendre mais visiblement, son temps de réaction avait été bien trop long.

Au moment où ses petites jambes se décidèrent enfin à lui répondre, le bonhomme l’avait déjà choper par le cou. Viktor fit une mine plus qu’étonnée et surprise et un gémissement lui échappa. Sans rien pouvoir faire, elle fut décoller du sol comme une vulgaire chose et se retrouva face à l’inconnu. Par pur réflexe, la demoiselle porta ses deux petites mains à son cou et tenta, en vain, de retirer la grosse main qui l’étranglait légèrement. Toujours par réflexe, elle tenta de donner des coups de pieds à son agresseur, encore une fois, en vain. Finalement, la fillette leva le bout de son nez pour essayer d’identifier le type. D’aussi près, sa tête lui disait bien quelque chose maintenant. Ne l’avait-elle pas vu au manoir ? En compagnie de sa sœur ? Viktor ferma les yeux et tenta de se remémorer le nom du type…

Mais ses pensées fut vite troublée lorsqu’elle sentie une main se poser sur elle. Viktor écarquilla les yeux et se débattu de plus belle. Cette main lui parcoura le ventre, en passant par sa poitrine et descendit jusqu’à ses jambes. Une vive couleur rouge teinta ses joues alors qu’elle tentait de parler. Mais la honte de se faire ainsi tripoter et de s’être fait prendre en train d’espionner quelqu’un lui en empêcha. Et plus elle se débattait pour rien, plus elle s’étranglait toute seule. Finalement, et pour le plus grand bonheur de la fillette, l’homme la lâcha. Viktor recula de quelques pas et toussota légèrement, les mains toujours à son cou. Elle reprit lentement son souffle avant de regarder l’homme avec un regard farouche alors qu’il lui adressa la parole.

Viktor se redressa, avec un air embarré et un peu hautaine. Elle remit en place son chandail et fit mine d’enlever quelconques poussières invisibles qui se trouvaient sur son pantalon. Finalement, elle croisa les bras avant de lui répondre :


" Tu doit vraiment avoir un drôle de boulot si tu est obligé de toucher tout le monde de cette manière ! " fini t-elle par lui dire d’un ton sec.

Finalement, Viktor se calma… un peu. Elle décroisa les bras et se rapprocha d’un pas vers lui. Elle le regarda d’un petit œil soupçonneux avant de continuer :

" Mais oui c’était bien toi qui était avec Leila hier ! Alors c’est ça que tu faisait avec elle, dit-elle d’un air indignée. Peuh de toute manière, ma sœur peut bien faire ce qu’elle veux avec qui elle veux, je m’en moque… "

Puis, Viktor fit mine de s’incliner devant lui, une sorte de petite révérence.

" Nous n’avons pas été présenté je crois ? Du moins pas officiellement ! Je suis Viktor Flinndak, cadette de la famille. Et vous ? Par qui ais-je eu l’honneur de me faire agresser ? " fini t-elle par demander d’un ton légèrement ironique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amar Orion
Traqueur(euse)
avatar

Nombre de messages : 77
Age : 30
Date d'inscription : 06/05/2007

Maître ou Soumis ?
Préférance sexuel: Hétérosexuel
Est maître de: la liberté de plusieurs esclaves
Est soumis par: les ruines de sa conscience

MessageSujet: Re: Tu fait quoi?! [PV Amar Orion]   Lun 14 Mai - 5:45

Drôle de boulot? Vraiment? Son travail consistait à capturer et à revendre des esclaves, un des marchés les plus lucratifs dans la région d'Olphéra. Il n'y avait rien de "drôle"! Ha, c'est vrai... la cadette de cette famille d'hypocrites de riches ne devait pas connaître grand chose à la vie. Juste à la regarder, on savait qu'elle venait d'entrer dans sa puberté. Alors, fallait pas trop en demander à ce petit cerveau qui commençait tout juste à apprendre les principes fondamentaux de la vie.

Était-elle vierge? Sûrement. Un petit copain? Surprenant. Des amis? Peu ou pas du tout. Voyagé? Aucune chance.

Juste à l'observer attentivement, on savait qu'elle ne connaissait pas grand chose de la vie et de ce qu'elle comporte. Vraiment... qu'est-ce qu'il fichait à rester sur place en compagnie de cette gamine? Aussi bien retourner à son travail et essayer de dénicher quelques Libérés...

C'est alors que la "gamine" en question fit un sous-entendu à propos de la nuit qu'Amar avait passée en compagnie de Leila. Hein? Comment pouvait-elle savoir cela? Bien sûr, elle savait sûrement ce que c'était de coucher avec un homme ou vice versa, mais comment savait-elle qu'il était avec la plus vieille des soeurs hier soir? Non... avait-elle regardé? Peut-être seulement aperçu, et ensuite, elle était partie. Pourquoi ne pas lui demander? Et de cette façon, il pourrait la mettre dans l'embarras et s'amuser un peu.

Juste quand il allait poser la question, la jeune femme demanda d'une voix... ironique, et avec une petite révérence énervante, le nom de son "agresseur". Les gamins semblaient toujours faire du mieux qu'ils le pouvaient afin de mettre en rogne leurs aînés.

Le traqueur; les mains dans les poches de son blouson en cuir marron, une expression de fatigue affichée sur le visage, les cheveux légèrement en bataille; fixa "Viktor".

"Appelles-moi Orion. Je ne te donnerai pas mon prénom. T'es en train de me donner une migraine... Et, simple commentaire, toi, tu devrais changer de nom. Tu sais que tu vas traîner ça toute ta vie sinon..."

*T'as beau être une jolie fille, t'as pas intérêt à trop t'approcher de moi. Déjà que j'aie une "petite-amie" (faudrait que je règle ça, c'est encombrant), je n'ai pas envie de jouer son grand-frère remplaçant...*

La légère brise du vent augmentait son rythme et son intensité. Les hautes herbes autour d'eux dansèrent avec cette force invisible; les feuilles des arbres autour de la "clairière" faisant de même. Une véritable jungle. Alors que le vent lui jouait dans les cheveux, déplaçant ses quelques mèches, Amar examina l'héritière, n'ayant rien d'autre de mieux à faire. Faudrait qu'elle change de style vestimentaire, le blanc ne lui allait pas du tout...

"Laisses-moi te poser une question. Comment sais-tu que j'aie passé la nuit avec Leila? Tu nous as espionnés? Si oui, combien de temps? Sinon, comment l'as-tu appris?"

Pendant tout le temps que le traqueur avait parlé, sa voix avait gardé un ton calme et continu, comme si c'était la question la plus naturelle du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Viktor Flinndak
Enfant de la famille héritière
avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : Sûrement dans le domaine Flinndak
Date d'inscription : 08/05/2007

MessageSujet: Re: Tu fait quoi?! [PV Amar Orion]   Lun 14 Mai - 22:55

Toujours plantée devant lui, droite comme un piquet, Viktor attendait patiemment que l’inconnu daigne se présenter à son tour. Elle avait fait quelques petites remarques avant, sur son boulot, dont elle ne connaissais rien, et sur le fait qu’elle l’avait reconnue, qu’elle l’avait déjà vu. Finalement, après un long moment de silence, silence qui commençait légèrement à mettre mal à l’aise la fillette, il se décida à lui répondre. D’ailleurs, il ne lui dit que son nom de famille. Orion ? Ro et puis de toute façon, si la curiosité de la fillette était trop présente, il lui suffirait de demander à sa grande sœur quel était son prénom… Si, bien entendu, sa sœur acceptait de le lui dire. Mais Viktor se sentie par la suite obligée de répliquer à la suite de monsieur Orion. Elle le regarda avec un petit air étonné et poursuivit :

"Tu sais, ce n’est pas ma faute à moi si je m’appelle ainsi. Je subit les conséquences du nom et prénom que je porte tout les jours, ce n’est donc pas la peine d’en rajouter, je te remercie… "

Oui, elle avait été un peu vexée de sa remarque. De quel droit d’ailleurs osait-il le lui faire ? Ce n’est pas parce qu’il partageait certains moments d’intimité proche avec sa sœur qu’il pouvait se permettre de donner son point de vue sur une chose aussi… dur pour la jeune fille. Oui, porter le nom des Flinndak était assez dur, oui son prénom masculin n’arrangeait rien les choses. Mais la fillette avait déjà beaucoup de mal à s’en sortir, s’il fallait maintenant que le premier qui passe en rajoute…

De nouveau, un long silence, trop long au goût de la demoiselle, s’installa entre eux. Viktor soupira. Même s’il y avait une très faible chance qu’on la retrouve ici, elle se demandait tout de même si on avait remarqué son absence au manoir… peut-être que oui, peut-être que non… Décidément, elle se trouvait bien mieux à l’extérieur plutôt que chez elle. Le regard dans le vague, Viktor fut obligée de remettre les pieds sur terre en entendant la question, enfin les question que môssieur Orion lui posait. De nouveau, le rouge teinta ses joues. Viktor croisa les bras et détourna le regard, légèrement gênée :


"Je n’apprécie guère vos insinuations môssieur Orion. Sachez que je ne suis pas du tout du genre à espionner les gens, (exception faite d’aujourd’hui) mais si vous tenez à le savoir, lorsqu’on voit sa sœur faire le mur pour rentrer dans sa chambre avec un inconnu et qu’ils finissent tout deux nus comme des vers dans un lit, ce n’est probablement pas pour jouer au scrabble. Comment je le sais ? Tout simplement parce que vous n’aviez même pas prit la peine de voir si la porte de sa chambre était correctement fermée. Je me suis levée pour allez boire un verre d’eau et quand je suis remontée… bref je passe les détails, c’est déjà assez répugnant comme ça…"

Viktor eu un petit frisson d’aversion qui lui parcourut toute la colonne vertébrale. Après tout, elle n’avait que quatorze ans. La fillette qui n’avait encore jamais eu à partager ce genre de rapports, dieu l’en garde vu son jeune âge, et trouvait ça complètement dégradant. Bref, Leila était assez grande pour faire de sa vie ce qu’elle en désir, Viktor n’avait pas le droit de la juger. D’un autre côté, maintenant qu’elle avait la possibilité de le faire, la fillette désirait vraiment connaître un peu plus l’homme qui avait réussit à la faire plier. Reposant son regard sur l’individu en question, Viktor, toujours les bras croisé, se mit à son tour à lui poser quelques questions qui lui brûlait les lèvres :

"Au fait môssieur Orion. Tu m’a dit tout à l’heure que tu était en train de travailler, juste après m’avoir étranglée. Mais je ne voit pas ce qu’un homme peut bien faire par ici ? Tu est une sorte de jardinier ou un truc dans ce genre ? Tu te charge de remettre le parc à neuf ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amar Orion
Traqueur(euse)
avatar

Nombre de messages : 77
Age : 30
Date d'inscription : 06/05/2007

Maître ou Soumis ?
Préférance sexuel: Hétérosexuel
Est maître de: la liberté de plusieurs esclaves
Est soumis par: les ruines de sa conscience

MessageSujet: Re: Tu fait quoi?! [PV Amar Orion]   Mar 15 Mai - 5:01

Répugnant? Elle avait trouvé ça répugnant de le voir lui et Leila coucher ensemble? Ha, c'est vrai... le fait que c'était sa soeur; celle qu'elle connaissait depuis toujours, la considérant commme une amie même; n'avait pas dû vraiment aimer voir la benjamine de la famille avoir une relation sexuelle avec un inconnu. Cela devait être semblable à "prendre ses parents sur le fait". Pas très chic, il fallait l'avouer. Pour un enfant normal, ce n'était pas la chose la plus appropriée.

Et là, la gosse recommença à parler. De sa jolie petite voix qui mettait sur les nerfs le traqueur, ne supportant pas les enfants. Bon, elle avait quatorze ans, seulement deux années de moins que Leila, mais à l'adolescense, la différence d'années et même de mois pouvait faire grands changements.

Sommairement, elle l'interrogeait sur son métier. Savoir ce qu'il faisait pour gagner sa vie... comment l'expliquer? Elle le prenait pour un jardinier engagé afin d'enlever les mauvaises herbes... bon, dans un sens, c'était vrai. toutefois, Amar n'essaya pas de trouver une quelconque façon de répondre sans choquer Viktor. À quoi cela aurait-il servi? Dans le fond, il se fichait éperdument des critiques que l'on pouvait porter sur son "job".

-Je suis traqueur. Et si je suis dans ce vieux parc, c'est afin de capturer des Libérés qui sont d'anciens esclaves, des hybrides ou des Neikos. La plupart du temps, ils se cachent, et je dois faire en sorte de les trouver. Comme ça, je me ferai une belle somme d'argent et je pourrai survivre. C'est pour cela que je t'aie touchée tout à l'heure. Vu que tu n'étais pas physiquement une Neiko, tu aurais pu être une hybride à l'apparence très proche de celle de l'humaine. En touchant les différentes "parties" de ton corps, j'ai fait en sorte de vérifier ça. De toute façon, je suis sûr que tu as bien aimé ça, non?

Amar adorait la taquiner. La rendre mal à l'aise avec son commentaire déplacé? Tant mieux, il pourrait s'amuser aujourd'hui, en attendant de repartir à la chasse. La mettre en colère parce qu'elle trouvait cela immature de dire une telle chose? C'était tout aussi amusant.

Le soleil atteindrait bientôt son zénith, accamblant au traqueur et à l'héritière une chaleur qui se rapprochait progressivement de l'insupportable. Plus loin, on voyait les effets de la chaleur, perturbant la vue à cent mètres et plus. Aucune nuage ne se trouvait dans le ciel. Tout ce qui pouvait les rafraichir était le vent qui soufflait que rarement.

En attendant la réponse de la gamine, Amar enleva son blouson en cuir, laissant voir son étui avec l'arme rangée à l'intérieur. Le jeune homme ne s'en préoccupa même pas. Au lieu de cela, il se sortit une cigarette, l'alluma rapidement, et prit une bouffée de quelques centaines de produits chimiques. Sa main gauche se retrouva dans la poche de son pantalon, et son autre main tenait la cigarette.

*Il faut vraiment que j'arrête de fumer... je me tues moi-même. C'est l'équivalent de se tirer une balle dans la tête. Ce que je peux être idiot...*

-Allez, avoue que tu as aimé ça. Une jeune femme inexpérimentée comme toi en domaine de "biologie" a dû trouver ça "divertissant", non?

En déclarant cela, un petit sourire apparut sur son visage. Du type "t'es charmaaaante!". Une autre bouffée de poison fut innhalée par les poisons du traqueur, attendant une quelconque réplique sanglante; seulement pour voir comment réagirait l'héritière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Viktor Flinndak
Enfant de la famille héritière
avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : Sûrement dans le domaine Flinndak
Date d'inscription : 08/05/2007

MessageSujet: Re: Tu fait quoi?! [PV Amar Orion]   Mar 15 Mai - 21:51

Viktor écoutait d’une oreille attentive la réponse du… traqueur. Elle avait déjà entendu parler par chez elle de ce métier là… Des hommes, et des femmes aussi, qui se chargent de remplir les réserves et autres animaleries de leur chasse. La fillette se doutait que leur moyens d’y parvenir, leur moyens d’attraper n’importe quels " proies " n’étaient pas très conventionnel… Rien qu’à voir comment il lui avait prit le cou et s’était mit à la toucher. Brrr rien que d’y penser, Viktor eu un autre frisson et une petite mine de dégoût. Dégoût qui s’accentua lorsque l’homme affirma qu’elle avait aimée ça… Viktor le regarda, incrédule. Est-ce qu’il plaisantait là ? Ou au contraire, le pensait-il vraiment ? Le moins que l’on puisse dire, c’était que cet homme avait vraiment un drôle de sens de l’humour, si humour c’était.

Prise de court par la réflexion du traqueur, Viktor ne su trop quoi répondre. Elle garda le silence. Même si au fond d’elle, la fillette aurait aimé lui balancé une petite réplique cinglante à son tour, elle n’y parvint pas. Et le silence qui se ré-installa entre eux deux une nouvelle fois la mettait plus que mal à l’aise. Maintenant, môssieur Orion allait être persuadé qu’il avait vu juste. Et puis quoi encore ? Comme si ça pouvait être agréable de se faire tripoter par un inconnu, sous prétexte qu’il cherchait à voir si on est un neiko et un hybride. Décidément, ce type avait vraiment de drôle d’idée.

Viktor ne chercha plus à répondre. Qu’il croit ce qu’il veux le bonhomme, Viktor elle savait ce qu’elle avait ressentit, et avait bien comprit que ce n’était absolument pas du plaisir. D’ailleurs, elle se demandait même comment on pouvait ressentir un quelconque plaisir de se faire toucher de la sorte. Les adultes ont vraiment des idées tordus des fois. Pour elle, plus elle aurait ce genre de « relation » avec un autre tard, mieux elle se porterait.

Toujours silencieuse, il fallait avouer que les insinuations complètements absurdes de môssieur Orion lui avait coupé toute envie de parler - de toute manière, plus elle essayerait de dire que non, plus il croira le contraire – Viktor ne savait pas trop où placer son regard. Elle sentie cependant bouger l’autre homme. D’un regard oblique qu’elle tenta de faire discret, Viktor regarda le traqueur se mettre à l’aise, et même s’allumer une cigarette. Pff encore un truc que la fillette ne comprenait pas… tout les adultes savent parfaitement que fumer ce machin c’est cinq minutes de moins sur une vie à chaque fois, que c’est bourré d’une multitudes de produits chimiques… et pourtant, il est désormais rare de ne pas voir un adulte avoir une cigarette collé aux lèvres… Heureusement pour elle, il y avait un peu de vent, qui rafraîchissait l’atmosphère devenue pesante, et lui empêchait de respirer les émanations de fumée…

Décidée à briser ce silence qui devenait bien trop lourd à son goût, Viktor ouvrit la bouche pour parler, pour dire n’importe quoi, la première chose qui lui passait pas la tête, juste histoire de parler, que quelqu’un fasse en sorte qu’on entende autre chose que le bruit du vent dans les feuillages des arbres aux alentours. Mais le traqueur la prit de vitesse. Môssieur Orion ré-insista sur ses remarques de tout à l’heure. Mais qu’il était exaspérant celui-là !! Pour qui il se prenait pour oser tenir des propos tels que les siens devant elle ! C’est était trop, Viktor ne voulais pas se laisser « salir » de la sorte :

"Mais oui, vous avez parfaitement raison môssieur Orion. Ce fut terriblement agréable de se faire étrangler, de se faire tripoter par un type que l’on a vu une seule fois, et cette fois là, c’était dans le lit de sa sœur… Vous me prenez pour qui ?! Je n’aime pas vos suppositions plus que douteuses ! Alors arrêtez de jouer le type arrogant avec moi, ça ne marche pas ! Vous et votre air blasé ! Vous ne vous êtes même pas excuser de m’avoir sautée dessus tout à l’heure, prétextant qu’il fallait que vous vérifiez si j’était une hybride ou autre chose ! " fini t-elle par dire sèchement.

Sans même sans rendre compte, la fillette avait vouvoyé le traqueur, alors que depuis leur " rencontre " plus qu’atypique, elle n’avais fait que le tutoyer. Peut-être était-ce dû à la petite colère qui grondait au fond d’elle. Viktor s’était exprimée d’une voix clair mais où l’on sentait qu’elle avait été piquée à vif. Ses joues s’étaient de nouveau teintée d’une couleur rouge. Elle qui n’avait pas du tout l’habitude de s’énerver… Mais il fallait avouer que môssieur Orion l’avait poussée à bout…

* Je ne m’appelle pas Leila moi… *

Recroisant les bras, Viktor détourna franchement le regard. Oui, finalement, les mauvaises herbes autours d’elle étaient nettement plus agréable à regarder que ce type qui la prenait pour une fille de joie…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amar Orion
Traqueur(euse)
avatar

Nombre de messages : 77
Age : 30
Date d'inscription : 06/05/2007

Maître ou Soumis ?
Préférance sexuel: Hétérosexuel
Est maître de: la liberté de plusieurs esclaves
Est soumis par: les ruines de sa conscience

MessageSujet: Re: Tu fait quoi?! [PV Amar Orion]   Jeu 17 Mai - 6:13

La première insinuation d'Amar n'avait (en apparence) fait aucun effet. Pas le moindre. Viktor avait simplement gardé le silence, avec ce regard si sérieux. Peut-être qu'elle s'abstenait simplement de répondre, craignant que le traqueur ne lui dise autre chose d'aussi "insultant". À ce moment, le jeune homme s'était senti déçu. Déçu d'avoir manqué son coup, voulant mettre en colère la gamine. De cette façon, il aurait pu se délecter de ses insultes, pouvant observer la colère d'une fille de son âge, comment elle réagirait. Mais non, que nenni. Un simple silence entre les deux personnes.

Quant Amar eut sorti sa cigarette, commencé à la fumer et puis sorti sa deuxième réplique, l'héritière se décida enfin à riposter. Et pour riposter, elle riposter avec vivacité! En passant d'un sarcastisme jusqu'à l'indignation. Le traqueur n'aurait jamais cru que la gosse devant lui en ferait tout un plat. Et le traiter d'arrogant... l'était-il réellement? Un homme arrogant? La définition de ce mot restait toujours vague dans son esprit. Pourtant, il ne croyait pas qu'il devrait être celui utilisé dans ce cas. Peu importe. Jusqu'à maintenant, Amar savait une chose : Vikotr ne l'aimait pas du tout.

Quand elle eut fini de déballer son sac, son gros sac, et qu'elle ait spécifié qu'elle ne voulait pas être traitée comme Leila, le traqueur ne put s'empêcher. Il rit. Il rit tellement fort que ses côtés lui faisaient mal, apportant une douleur aigüe à chaque respiration. Amar laissa échapper sa cigarette à terre pour mettre sa main sur sa bouche, alors que des larmes apparaissaient dans ses yeux, brouillant radicalement sa vue. Son visage devint rouge, et il se pencha, la tête pointée au sol, ayant de la difficulté à rester tout à fait debout.

Le jeune homme rit pendant une minute complète, et ses rires diminuèrent peu à peu. Pour la première fois depuis des mois, Amar riait. Jamais il n'aurait cru pouvoir énerver autant la Flinndak. Reprenant son sérieux, le traqueur vit sa cigarette à terre, et l'écrasa à l'aide de son pied. Son regard revint vers la gamine, toutefois, un petit sourire en coin demeura sur son visage, alors que ses mians revinrent dans les poches de son pantalon.

-Je n'aurais jamais cru que tu en dirais tant pour une simple plaisanterie. Et te voir avec ces joues rouges de colère... charmant. Et arrêtes d'observer les herbes autour de toi. Ma vue ne doit pas être aussi désagréable, non? De toute façon, je ne te disais cela que parce que je voulais me désennuyer un peu. Tu es très susceptible... Et puis, tu fais quoi ici? Tu devrais être chez toi, en train de faire ce que les jeune filles de ton âge font.

Il est vrai qu'il se posait la question depuis un certain temps déjà, et avoir une réponse, ou même un indice, serait intéressant. La cadette da la famille ne devrai pas être ici. Et même si elle était venue de son plein gré, pourquoi ici? Un vieux parc non-entretenu depuis des années... des lustres plutôt. Pas un bon endroit pour se promener.

-De toute façon, de ce que j'en sais de la part de ta soeur, vos parents n'ont pas l'air de s'occuper de vous très souvent... Vraiment une famille typique de riches...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Viktor Flinndak
Enfant de la famille héritière
avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : Sûrement dans le domaine Flinndak
Date d'inscription : 08/05/2007

MessageSujet: Re: Tu fait quoi?! [PV Amar Orion]   Ven 18 Mai - 22:27

Outrée, vexée et plus qu’agacée par ses insinuations, oui Viktor avait décidée de riposter. Elle n’allait tout de même pas rester là, à rien faire, alors que ce type était en train de l’insulter tout de même ! Donc finalement, elle avait décidée de lui répondre, et pas qu’un pas. Les poings serrés contre elle, Viktor n’avait pas mâchée ses mots, même s’il elle restait toujours polie dans ses termes. La vulgarité ne faisait pas partit de ses habitudes de paroles.

Mais encore une fois, le traqueur se révéla bien surprenant. Le voilà maintenant qui riait aux éclats. Viktor se mit à rougir de plus belle, ne comprenant pas pourquoi il riait ainsi. Le voir se tordre de rire comme il le faisait l’avait complètement coupé dans son élan et la fillette ne pouvait que regarder l’homme lui rire au nez. C’était encore plus vexant que des paroles.


"Mais qu’est-ce qu’il y a de si drôle ?! " lui demanda t-elle de vive voix, sans pour autant qu’elle n’obtienne de réponse, môssieur Orion étant trop occupé à rire pour lui répondre.

La cadette Flinndak fit onc une moue boudeuse, croisa les bras et continua de regarder autre part. Ce type ne semblait avoir aucun respect pour elle. Il se comportait de façon bien trop… "intime" et "vulgaire" avec elle. Même si elle préférait la franchisse à l’hypocrisie, il allait un peu fort là… Elle le laissa rire, ne cherchant même plus à avoir de réponse. Elle soupira d’exaspération mais ne pipa mot. Elle tentait intérieurement de se calmer. Elle n’avait aucune raison de s’énerver après tout… en fait si, mais il fallait avouer que ce n’était pas le genre de la demoiselle de s’emporter de la sorte. Elle avait tout de même un peu honte de son comportement mais s’abstenue de le dire à haute voix. Pour elle, elle avait suffisamment été humiliée comme cela.

Finalement, le traqueur se calma petit à petit. Viktor regardait toujours le reste du parc, prenant la précaution de ne plus le regarder. Oui elle boudait. Et alors ? Il fallait bien avouer que dans ce cas là, c’était un peu légitime. Viktor n’avait pas vraiment l’habitude qu’on se moque si ouvertement d’elle. De plus, lorsque le traqueur reprit la parole, la cadette sentit sa petite colère gronder au fond d’elle-même revenir mais Viktor ne laissa rien paraître. Alors comme ça, tout ça n’était que pour divertir môssieur Orion ? Peuh, il avait de drôle de façon de s’amuser celui-là. Mais la suite fit détourner le regard de Viktor de sa contemplation du paysage. Elle reporta son attention sur le traqueur et lui jeta un regard noir. Quoi ?! Elle était susceptible ? Bon peut-être oui mais bon, c’est pas une raison pour lui dire ainsi, avec tant de naturel. Viktor fini par simplement hausser des épaules. Bah, personne n’est parfait de toute manière.


"Et qu’est-ce que les jeunes filles de mon âge sont-elles censé faire d’après vous ?" répondit-elle à sa question.

Si Viktor avait décidé de venir ici, c’était pour justement faire quelque chose. Rester chez elle l’ennuyait, il fallait le dire. Rester dans un grand manoir toute seule, quant vos parents oublie que vous exister, que vos frères et sœurs ne sont jamais là et ne s’intéresse pas non plus à vous… Viktor soupira. Oui, c’est vrai, ses parents, si on pouvait encore appeler ça des parents, ne s’occupaient plus vraiment d’elle. Heureusement que la fillette pouvait être assez mature selon les situations qu’elle avait quand même un certains sens de l’autonomie…


"Si tu veux tout savoir, je suis simplement venue ici pour me balader un peu. Je ne supporte plus l’ennuie du manoir… Alors je pensait pouvoir me détendre dans ce parc qui était autrefois si beau… Mais apparemment tout change, les personnes comme les lieux… "

Déçue. Viktor l’était. Et ça s’entendait facilement dans le son de sa voix. Elle soupira encore une fois avant de continuer.

"En tout cas, j’espère que je n’est pas trop fait fuir tes "proies"… cela me chagrinerait vraiment que tu ne puisse attraper aucun malheureux aujourd’hui… fini t-elle par dire d’un ton légèrement sarcastique. Au fait, est-ce que je peux te poser une question un peu personnelle ? Tu n’est pas obligé d’y répondre… Mais je voudrait savoir si c’était sérieux avec ma sœur ? Ce n’est pas que cela m’enchanterait de t’avoir comme beau-frère mais bon… au cas ou… il faudrait peut-être que je m’y habitue ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amar Orion
Traqueur(euse)
avatar

Nombre de messages : 77
Age : 30
Date d'inscription : 06/05/2007

Maître ou Soumis ?
Préférance sexuel: Hétérosexuel
Est maître de: la liberté de plusieurs esclaves
Est soumis par: les ruines de sa conscience

MessageSujet: Re: Tu fait quoi?! [PV Amar Orion]   Jeu 24 Mai - 3:44

Ha! Une petite amourette de la nature! Et il semblait qu'elle soit déjà venue en cet endroit qu'elle qualifiait de beau autrefois... Elle était aussi nostalgique? Bien qu'elle soit jeune, il se pouvait qu'elle le soit. Ce sentiment n'est pas réservé exclusivement aux vieux proches de la mort. Même Amar ressentait quelques fois ce sentiment de nostalgie en voyant quelques éléments de son passé si soigneusement scellé. Par exemple, voir un couple d'esclaves avec leur enfant... Se secouant la tête, le traqueur se décida à oublier cela et se concentra plutôt sur la jeune fille devant lui.

La détaillant un peu plus, Amar se surprit à penser qu'elle deviendrait fort jolie quand elle serait plus vieille. Bon, il fallait avouer qu'elle possédait déjà un certain charme, mais trop jeune... exactement, elle était encore trop jeune. De plus, si Leila apprenait qu'il regardait ne serait-ce qu'un peu sa soeur, il pressentait des ennuis. Et c'est justement à propos d'elle que Viktor posa une question. Ou plutôt, à propos de la relation entre lui et l'autre héritière Flinndak.

Quand elle eut dit ces mots, Amar fut pris au dépouvu. Effectivement, était-ce sérieux? Seulement après deux secondes de réflexion, le traqueur trouva sa réponse. Non. La jeune femme l'avait rencontré dans un bar alors qu'il y passait par hasard et ils n'avaient que peu parlé. Ensuite, elle lui avait proposé d'aller se détendre au parc et enfin, les avances de la jeune femme eurent raison de lui. Seulement une ou deux heures après leur rencontre, Amar se retrouvait dans le lit de la soeur de Viktor. Les Flinndak se trouvaient à être d'excellents manipulateurs, même s'ils n'en n'avaient pas conscience... Tout ce qu'ils ont affaire, c'est à agiter la carotte de leur position sociale sous notre nez et on était foutus.

*Très fort... les hommes ne sont que des imbéciles. Moi y compris. Comment ai-je pu me faire embobiner par cette femme?!? À présent, c'est celle-ci qui se pose des questions et veut savoir si je vais devenir son beau-frère. Je suis le dernier des crétins. Et dire que je ne voulais que faire tranquillement mon travail ici.*

Prenant une légère inspiration tout en fermant les yeux, Amar réfléchit à la façon de donner sa réponse. Car il se doutait que son interlocutrice pourrait aller tout raconter à sa soeur. Dur dur la vie...

"Disons que Leila prend tout cela au sérieux... je lui ai dit qu'elle faisait une gaffe. Pourtant, elle s'en contre-fiche, convaincue que je pourrais lui offrir ce qu'elle souhaite. Vraiment, même toi tu ne m'aimes pas. On me dit souvent que je ne suis qu'un hypocrite ou toutes autres insultes de ce genre. Moi, je pense que ce sont eux les hypocrites. Enfin... ce serait trop long t'expliquer mon point de vue. Je ne sais même pas pourquoi je reste avec ta soeur..."

Et alors, Amar prit un ton tout à fait sérieux, dépourvu de tout sous-entendu. Même l'attitude sarcastique de tout à l'heure avait disparu. Son regard se porte à Viktor. Sans vraiment fixer de ses yeux un point précis, il déclara :

"Simple avertissement : ne t'attache pas à un homme en croyant que c'est l'amour de ta vie simplement parce qu'il est affectueux avec toi. Et à te voir, je sais que plusieurs hommes essaieront dans les prochaines années de coucher avec toi. Prends-le comme tu veux, mais je dois dire que je te trouve belle. Même pour ton âge. En général, l'amour de sa vie ;son âme-soeur si tu préfères; est celui ou celle qu'on remarque le moins. Pas le grand ténèbreux qui te chuchote des mots doux à ton oreille ou celui qui te traîte comme une reine en dépensant autant d'argent qu'il le faut, pour te faire soi-disant plaisir.

La plupart du temps, tu connais cette personne, et tu ne ressens pas grand chose pour lui. Tu ne la connais peut-être pas encore, vu ta condition. Cependant, fais attention. Regarde ta soeur comme exemple. Elle se retrouve avec moi. Pour elle, je suis l'idéal. De ton point de vue, tu en dis quoi? Leila a manqué d'amour, et elle se jette sur le premier qui se montre un tant soit peu attentionné avec elle... Enfin. Tout ce que je veux dire, c'est ne fais pas la même erreur que ta soeur."

Houla! Jamais Amar n'avait autant parlé. Franchement, il s'inquiétait trop de cette famille de dégénérés... Maintenant, il allait avoir l'air d'un homme qui croit tout connaître...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Viktor Flinndak
Enfant de la famille héritière
avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : Sûrement dans le domaine Flinndak
Date d'inscription : 08/05/2007

MessageSujet: Re: Tu fait quoi?! [PV Amar Orion]   Ven 25 Mai - 21:19

["Ce sentiment n'est pas réservé exclusivement aux vieux proches de la mort"... lol jadore xD]


De nouveau, un léger silence s’installa entre le traqueur et la fillette. On n’entendait plus que les bruits environnant du parc… Les oiseaux, le vent dans les hautes herbes ou dans les arbres, les bruits légèrement lointain de la ville. Viktor soupira. Et dire qu’il allait falloir qu’elle rentre chez elle ce soir. Enfin chez elle, chez elle, c’était vite dit. Parce que franchement, Viktor n’avait pas du tout l’impression d’être chez elle au manoir. Bah, autant ne pas se tracasser pour ça. Elle commençait à avoir l’habitude maintenant.

Viktor avait posé une question au jeune homme, qui prit son temps avant de répondre. Il est vrai que cette question pouvait paraître assez indiscrète, ma la curiosité de Viktor avait eu le pas sur une pseudo morale. La demoiselle regardait toujours le traqueur avec ses grands yeux. Elle attendait juste gentiment qu’il daigne lui offrir une réponse. Elle ne savait pas du tout ce qu’il se passait entre lui et a grande sœur, même si d’un côté, quelle que soit la réponse, cela ne changera rien du tout pour elle, Viktor voulait être du moins éclairée sur cette question. Au moins serait-elle un minimum au courant de ce qu’il se passe au manoir. Car à en juger par l’état actuelle des choses, Viktor avait l’impression qu’il ne se passait jamais rien chez elle. Ce qui est probablement, même sûrement faux…

Viktor fut tirée de son petit monde lorsque monsieur Orion prit la parole après de longues minutes de silence. Les yeux de la demoiselle se re-concentrèrent sur le visage de son interlocuteur. Elle écoutait attentivement ce qu’il disait, même si elle n’en avait pas vraiment l’air. D’après les dires du traqueur, Leila prenait leur relation trop au sérieux, du moins, au goût du traqueur. Viktor arqua un sourcil lorsqu’il prit comme argument, pour montrer la naïveté de Leila, le fait, le sois disant fait que Viktor elle-même ne l’aimait pas. Ah bon ? Elle ne l’aimait pas ? Etait-il devin ? Parce que franchement si c’était le cas, il faudrait mieux pour lui qu’il arrête. Viktor ne pouvait pas dire qu’elle " aimais " véritablement le traqueur. C’était juste qu’il avait tendance à se montrer un peu trop franc et naturel avec elle. Chose dont elle n’avait pas trop l’habitude… Mais bref, Viktor ne répliqua rien. Si c’est ce qu’il croyait, tant pis pour lui.

Viktor croisa les bras, écoutant toujours ce qu’il disait et reportant une nouvelle fois son attention sur le traqueur, car ses yeux avaient légèrement dérivé vers le reste du parc. Viktor fronça les sourcils lorsque monsieur Orion reprit la parole. Pour ne s’arrêter que bien plus tard, mais qu’importe, Viktor écoutait. Il semblerait que le traqueur était en train de lui donner quelques conseils pour plus tard… Viktor soupira. Plus le traqueur parlait, et plus Viktor comprenait sa grande sœur. L’homme avait beau dire " ne fait pas comme ta sœur ", il est vrai que lorsqu’on a manqué d’amour depuis sa naissance et que quelqu’un, n’importe qui, à l’air de s’intéresser un tant soit peu à vous… Oui, Viktor comprenait parfaitement Leila. Elle ne la blâmait pas. Au contraire, elle était presque jalouse. Elle avait trouvée une personne qui avait réussit à la faire se sentir vivante… même si à la fin, elle risquait de se prendre une bonne baffe dans la figure et de perdre toutes ses illusions…


" Elle en a de la chance Leila dis donc… "

Elle avait parlé très sérieusement. La fillette en avait presque les larmes aux yeux. Sa gorge lui faisait mal. Elle avait de très légères difficultés à respirer. Elle enviait sa sœur. Môssieur Orion n’avait réussit qu’à lui faire comprendre à quel point elle était seule en réalité, à quel point elle était seule depuis quatorze ans. Viktor soupira, un long soupire.

" Moi je dit que Leila à beaucoup de chance. Même si tu dit ne pas être le type parfait pour elle, au moins t’aura réussit à lui faire retrouver le sourire… Personne n’est parfait. Heureusement d’ailleurs. Je crois que même si je le voulais, je n’arriverait pas à ne pas me jeter sur le premier qui me dira que je ne suis pas rien pour lui… Finalement, une toute petite larme coula le long de la joue de la cadette Flinndak, larme que la fillette s'empressa de faire disparaître… Pff je ne sais même pas si c’est français ce que je dit… "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amar Orion
Traqueur(euse)
avatar

Nombre de messages : 77
Age : 30
Date d'inscription : 06/05/2007

Maître ou Soumis ?
Préférance sexuel: Hétérosexuel
Est maître de: la liberté de plusieurs esclaves
Est soumis par: les ruines de sa conscience

MessageSujet: Re: Tu fait quoi?! [PV Amar Orion]   Mar 29 Mai - 0:56

Comment ça de la chance?!? Viktor venait de prononcer une seule phrase, mais celle-ci avait amplement suffi pour destabiliser Amar. Leila se retrouvait avec un traqueur sans aucune morale. Mais alors là, absolument aucune! Le fait qu'il ne viole pas les femmes s'expliquait par le fait que ce n'était pas amusant du tout. Même à ça, il n'y avait pas la moindre ombre de moralité humaine. En y réfléchissant sérieusement, à quoi cela pouvait servir d'être doté d'une quelconque "bonne" idéologie de vie?

Les humains ne vivaient que pour eux-même, se fichant carrément des autres, ne s'occupant que de leur propre personne. Un bon père de famille attentionné et écologiste dans l'âme se trouvait aussi fautif que les autres. Pourquoi ne consacrait-il pas quelques heures quotidiennes de sa vie pour aider les pauvres et les démunis? Mettre fin à la famine? Seulement parce qu'il se fermait les yeux, disant que ces événements sont atroces mais en ne faisant rien pour changer cela.

Et c'était une "chance" que Leila se retrouve avec lui?!? Viktor ne connaissait pas parfaitement Amar, et si cela avait été le cas, son jugement aurait été tout autre. Du moins, c'est ce que le traqueur croyait. Alors, autant ne pas mettre rigueur à ses propos. Et c'est alors que la jeune femme continua à parler, expliquant sa vision des choses. Cependant, Amar n'y tenait pas compte. Il savait d`éjà qu'elle lui dirait une telle chose.

Toutefois, ce fut la larme que Viktor versa qui fit taire les protestations du traqueur aux propos de son interlocutrice. En fin de compte, cela ne servait à rien de la faire changer d'avis. Aussi décourageante que sa soeur. Cela s'était confimé à l'instant.


*Je n'y crois pas... les Flinndak sont tous fous ou quoi? Quant aux derniers enfants de cette famille, ce sont des résultats affreux. Et je ne veux même pas savoir comment est leur frère... et pire, leurs parents. Les relations sociales compliquent trop la vie. Autant ne s'occuper que des besoins alimentaires à notre survie et oublier le reste. Tout serait si simple comme ça...*

Pourtant, cela ne le serait jamais. Le traqueur soupira, et reposa son regard sur la jeune femme.

"Bon, j'avais décidé de ne rien dire vu que je croyais que tu ne changerais pas d'avis à ce que tu viens de déclarer. Mais tu fais trop pitié à te voir penser comme elle. Vu que tu sembles être quelqu'un de "bien", je vais t'en revéler un peu sur moi. J'ai tué, plus souvent torturé, des dizaines de gens. Vieillards, femmes, enfants... et tout ça pour l'argent. Et si je me retrouve dans une situation qui mette ma vie en danger, et que le seul moyen de m'en tirer est de tuer ta soeur en pressant mon arme sur sa tempe, je n'hésiterai pas. J'appuis la gachette. Voilà avec qui Leila se retrouve. Un homme que plusieurs trouvent horrible. Moi, j'affirme être indifférent. Alors, ôte-toi l'idée de ta tête que ta soeur est chanceuse..."

Amar laissa sa cigarette finie tomber au sol. Vraiment, les plus jeunes croient n'importe quoi. Lui raconter ces éléments sur lui-même était dangereux, par contre, peut-être que ça lui rentrerait dans la tête que le traqueur se trouvait loin des "critères" de la bonne société.

[Désolé pour le temps d'attente. J'étais occupé TOUTE la fin de semaine. Mais ça va là... ^^ Alors, tu aimes mes tournures de phrases? C'est gentil. Very Happy Et t'as pas besoin de tant écrire! Je n'arrive pas à croire qu'il y ait un autre Rpgiste aussi bon que moi, même un peu plus... Razz ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Viktor Flinndak
Enfant de la famille héritière
avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : Sûrement dans le domaine Flinndak
Date d'inscription : 08/05/2007

MessageSujet: Re: Tu fait quoi?! [PV Amar Orion]   Mar 29 Mai - 22:29

Elle lui faisait pitié ? C’est bien ce qu’il avait dit ? Mais de quel droit osait-il porte un jugement aussi négatif et cruel à son égard ? Connaissait-il seulement l’enfer que vivait la cadette chez elle ? Oui, parce que c’était un enfer. Un enfer silencieux, un enfer où on l’ignorait royalement tout ça parce quelle n’avait pas les attribut de son grand frère, tout ça parce qu’elle était né à la place d’un fils qu’on avait tant désiré. Depuis toute petite, sa vie se réduisait à l’ignorance la plus complète de son être. Elle pouvait mourir sur le champs que cela ne chagrinerait en rien sa famille, voir même au contraire, ça soulagerais tout le monde. Une bouche de moins à nourrir même si ce n’est pas l’argent qui manque. Une entité parmi tant d’autre, voilà tout ce qu’elle était. Et malgré tout ça, môssieur Orion se permettait de la critiquer, de critiquer sa façon de penser quelque peu naïve, il fallait l’avouer. Mais elle n’avait que quatorze ans ! Quatorze ans ! Que pouvait-elle bien avoir d’autre dans la tête que le fantasme idéaliste et utopique de la parfaite famille et pourquoi pas du prince charmant, sans aucun défaut…

Viktor ne pu donc que foudroyer de regard le traqueur. Cet homme qui se croyait tout permit, cet homme qui se montrait si distant, si froid, si nonchalant face à mots qu’ils prononçait. Mais pour qui se prenait-il ? Viktor n’avait pas pour habitude, d’ailleurs pour être tout à fait exacte, elle n’aimait pas ça, se vanter de son statut social, crier haut et fort qu’elle était une Flinndak, mais tout même ! Là il dépassait les bornes ! Sous prétexte qu’il avait couché avec sa sœur, sous prétexte qu’il était plus âgé et donc forcément plus expérimenté qu’elle sur la vie et surtout, pour Viktor, sous prétexte qu’il était un homme plus âgé, il croyait pouvoir se permettre de telles familiarité avec elle ! Lui vomir ses quatre vérités en pleine figure ?! Les lui balancer sans aucun remord. Les poings serré, crispés même, le regard brûlant comme jamais ne l’avait eu la fillette, Viktor sentait la colère gronder au fin fond de ses entrailles. Jamais on ne lui avait parler de la sorte, jamais on ne lui avait parler si méchamment, à elle, elle qui s’efforçait d’être toujours souriante et bien-venante lorsqu’on avait miraculeusement besoin d’elle. Pourquoi ? Pourquoi lui disait-il tout ça ? Dans quel but ? Viktor ne comprenait plus rien. Elle avait beau chercher et chercher encore dans les méandres de son pauvre petit esprit tourmenté et frustré par des années de maltraitances psychologique, elle n’arrivait pas à trouver pourquoi est-ce que môssieur Orion lui avait dit ça.

Mais elle était loin de se douter que les paroles, aussi dures et crues soient-elles du traqueur ne s’arrêtaient pas là. Bien au contraire. Visiblement monsieur Orion n’en avait pas fini avec la demoiselle. Ainsi, l poursuivit son monologue sous les yeux effarée de la fillette. Voilà qu’il lui racontait maintenant toutes les horribles choses qu’ils avaient commises… des meurtres… des tortures… sur n’importe qui… Mais… Mais qui était-il à la fin ? Viktor avait beau être jeune, elle avait connaissance depuis bien longtemps de la méthode peu aimable qu’avait les traqueurs pour parvenir à leur fins… mais en venir à d telles abominations. Encore une fois, la fillette se demandait pourquoi est-ce qu’il en venait à lui raconter tout ça ? Pourquoi est-ce qu’il prenait un malin plaisir, ou même sans s’en rendre compte, à briser un à un tout ses rêves, tout son beau monde qui pouvait encore devenir rose à tout moment. Un élan de dégoût s’empara de la fillette. Mais ce sentiment repoussant n’était pas à l’attention du traqueur, mais plutôt à sa grande sœur… Comment avait-elle pu finir dans les bras de cet homme ?!

Et puis, en se posant cette question, tout devint plus clair. Les œillères que semblaient porter Viktor jusqu’à présent s’étaient volatiliser, avaient disparu en quelques secondes… Voilà… Voilà pourquoi monsieur Orion lui racontait tout ça. La seule et unique raison qu’il le poussait à raconter toutes ses horribles choses étaient pour faire comprendre à Viktor à quel point sa sœur pouvait être stupide et naïve, encore pleine de rêve tout comme Viktor… Il voulait que Viktor comprenne à quel point il était mauvais, à quel point ce n’était pas du tout une chance d’être avec lui. Son sentiment de dégoût avait disparut aussi vite qu’il était apparut, de nouveau remplacer par une colère noire qui ne cessait de gronder dans le ventre de la fillette. Plus il parlait, plus il ouvrait la bouche pour sortir ses monstruosités, et plus le regard de Viktor se faisait dur.

Finalement, n’y tenant plus, Viktor s’approcha du traqueur, les poings toujours fermement crispé. Elle s’approchait de lui jusqu’à ce qu’elle juge qu’elle était assez prêt. Et sans prévenir, la demoiselle vint frapper le tibia du traqueur avec son pied avec toute la force qu’elle pu. Bien entendu, Viktor n’était pas musclor, sa force était au moins équivalente à celle d’une mouche (pour ne pas dire moin), néanmoins, la fillette y avait mit tout son cœur et toutes ses tripes. Jamais elle n’avait oser elle-même porter un tel geste, à n’importe qui. Mais là, ce bonhomme avait plus que dépassé les bornes. Mais Viktor ne tenait pas à s’arrêter là. De nouveau, elle lui enfila un nouveau coup de pied, avec la même force et la même détermination que le précédent. Puis, continuant de labourer le tibias du traqueur, Viktor se mit à répliquer :


"Et pourquoi vous me dites tout ça ? Qui êtes-vous pour vous permettre de dire que je fait pitié ? Je vous fait pitié ? Bah si vous voulez tout savoir vous aussi ! Vous et vos grands airs de « je-m’y-connaît-bien-mieux-que-toi-gamine ! ». Est-ce que seulement vous savez ce que j’ai endurée pour tenir de tel propos ?! Et Leila ? Je suis quasiment sûre qu’elle a déjà endurée tout ce que j’endure en ce moment même ? Et même peut-être qu’elle le subit encore !!! Vous vous trouvez malin avec votre expérience de la vie ? Mais bon sang à vous écoutez parler vous êtes un monstre !! Sans sentiments ni ressentit ?!! Mais moi j’ai devant moi un homme ! Peut-être pas franchement futé mais un homme quand même !! Et pas un animal !! Pas un vulgaire chien ou je ne sais quoi qui tue jute pour ramasser plus d’argent ? Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise après votre petit discours hum ?! Que vous êtes un monstre ? Que vous ne valez pas mieux qu’une bête ?! Que Leila a eu bien tord de tomber sous vos charmes ?! Et ben non ! Je ne vous ferez pas ce plaisir !! Parce que pour moi personne, et je dit bien personne, même pas vous, ne peux dormir sur ses deux oreilles alors qu’il a torturer durant toute sa vie, ou presque, pas mal d’innocent et tout ça pour une liasse de billet ! "

Elle avait recommencer à le vouvoyer subitement, sous le coup de la colère, probablement. De lourdes larmes étaient venue s’ajouter aux propos de la demoiselle. C’était plus qu’elle ne pouvait en supporter. Elle s’effondra en larme, toutes ses frustrations, quelles qu’elles soient étaient maintenant devenues insupportables… Les propos du traqueur n’avaient été que la gouttes d’eau qui fit déborder le vases. Viktor tenta vainement de se cacher le visage derrière ses deux petites mains. Elle n’en pouvait plus ; Elle n’était pas du tout fière d’elle de s’exposer, de s’extérioriser de la sorte devant un quasi inconnu… mais ça lui faisait tellement du bien d’enfin relâcher toutes ses larmes qu’elle avait si longtemps contenue.

"Vous êtes fière de vous ? Arriver à faire pleurer une gamine ? Ou peut-être est-ce que vous en avez rien à fiche ! Puisque vous vous dîtes si indifférents ! " réussit-elle à dire entre deux sanglots.



[J’adooore ta façon de t’exprimer… ça m’inspire beaucoup comme tu le voit Cool … et je n’arrêterais sûrement pas de tant écrire… pour une fois que ça m’arrive xD] - [oulaaa en effet o_O je me suis déchaînée xD pas taper ^^']
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tu fait quoi?! [PV Amar Orion]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tu fait quoi?! [PV Amar Orion]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ça fait quoi, 6 ans ? (PV Cornelya)
» Pour les frères tombés, wesh... On fait quoi pour eux?
» [FB] Croiser le fer avec un pirate ça fait quoi ? Mal...
» L'armée full boîte de conserve du métalkramé
» Organigramme Admin-MJ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Olphéra :: Le village d'Elladah :: Le vieux Parc-
Sauter vers: