Olphéra, le pays de légende… Chercherez vous les cinq objets mystiques ou vivrez vous votre vie simplement… ? Incarnez un Humain, un Esclave, un Neïko ou un Hybride…Serez vous soumis ou rebellé ?
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Heure d'ouverture [Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Háril Naldor
Gérant de la joaillerie
avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 06/05/2007

MessageSujet: Heure d'ouverture [Libre]   Lun 7 Mai - 18:57

Le nouveau propriétaire pénétra dans le magasin, laissé en à peine bon état par son prédécesseur. Fronçant les sourcils devant tout ce désordre et cette saleté, Háril retroussa ses manches et y remit de l'ordre, dépoussiérant les modèles exposés, lavant les vitres, restaurant le comptoir. En toute honnêteté, cela prit plusieurs jours avec la peinture qu'il fallait aussi remettre au point. A la fin de son oeuvre, Háril s'autorisa un soupir de satisfaction et installa ses affaires, c'est-à-dire qu'il retira les modèles, depuis longtemps déjà exposés, pour les remplacer par ses créations personnelles qui lui avaient pris plusieurs mois de labeur acharné et ornaient à présent les vitrines, étincelantes de tous leurs feux, espérant attirer le coup d'oeil de la clientèle, notamment féminine.

La caisse fut également bien rapidement installée et opérationnelle. Il n'y avait plus qu'à attendre que les employés qu'il avait engagé viennent pointer au travail et ainsi passer la journée. Le jeune homme rangea quelques montres en attendant, les classant par leurs métaux et leur valeur respectifs. L'or avec l'or, l'argent avec l'argent, l'ouvragé avec l'ouvragé, l'imitation avec l'imitation. Et évidemment elles avaient leurs places sous le comptoir en verre transparant, alignées stratégiquement de façon à autant attirer le regard que leurs compatriotes à la vitre.

Háril replaça une mèche de cheveux derrière son oreille, vérifia que tout était en ordre moult et moult fois et s'en partit dans l'arrière-boutique, le temps d'aller chercher un crayon avec quelques feuillets, de s'installer au comptoir et de se mettre à dessiner l'un de ses nouveaux modèles, en modifiant de temps à autre certains détails pour en mettre d'autres en avant. Que c'était dur d'être bijoutier ! Mais également très fructifiant. Háril laissa son esprit divaguer vers le passé, le petit "château" de son enfance, ses petits jardins secrets, ses anciens amis et à présent la vue de cette nouvelle villa qu'il avait eu le bonheur de dénicher. Et tout en laissant libre cours à ses rêves, il n'entendit pas le carillon de l'entrée résonner d'une voix chantante, annonçant l'arrivée probable d'un clien. [ou d'un employé au choix]


[Je précise que je ne mords pas xD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuko Keiko
Propriétaire du club a prostitués
avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 06/05/2007

Maître ou Soumis ?
Préférance sexuel: Bi
Est maître de: mes actes
Est soumis par: mes envies

MessageSujet: Re: Heure d'ouverture [Libre]   Lun 7 Mai - 19:47

[Y'a intérêt tiens =P]

Haaa, la joallerie, ce lieu où les dames vont pour se faire belles, séduire un être ou bien en garder un autre... Mais d'autres y viennent pour d'autres chose, telle Yuko, qui elle, en séduisait plusieurs. Non non non, elle n'était pas de ces courtisanes de l'an 2000. Elle devait séduire, certes, mais elle était payée pour ça, et généralement, ça allait souvent plus loin... Et nombreux étaient les hommes et femmes qui appréciaient de voir quelques parures sur la personne qui se chargerait d'eux...

Il fallait dire que Yuko avait ses petites habitudes dans le magasin, le propriétaire, du moins l'ancien, était quelqu'un qu'elle jugeait consciencieux et travailleur, bien qu'un peu feignant sur les bords... Mais elle trouvait généralement son bonheur dans la boutique, que ce soit pour acheter ou pour faire réparer. Ce jour là, c'était simplement pour faire réparer une broche qu'un client un peu trop impatient avait faite céder. Bien que maladroit, il était honnête homme, et lui donna plus que ce qu'il ne devait payer, pour qu'elle puisse la faire réparer. Bien sûr, par pure politesse, elle refusa, mais "céda" très vite devant l'insistance de l'homme. Elle avait largement les moyens de payer elle-même la réparation, mais dans la tête du commun des mortels, "prostituée" rime avec "fauchée". Bien que ce ne soit pas grammaticalement faux, il faut être réaliste, le bar de Yuko avait son petit succès, et ses employés avaient largement de quoi vivre paisiblement.

La jeune femme entra donc dans la joallerie, laissant sonner le carillon, et constata que les bijoux exposés n'étaient plus les mêmes qu'auparavant. Il aurait donc enfin décidé de changer le contenu de ses vitrines ? C'était pas trop tôt, Yuko commençait à en connaître le contenu par coeur... Par simple curiosité, elle déambula, observant le travail fait, effleurant la vitre du bout des doigts. C'était très agréable à regarder, pour sûr, mais loin d'être le style du propriétaire qu'elle connaissait... En avait-il changé ? Peu probable...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Háril Naldor
Gérant de la joaillerie
avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 06/05/2007

MessageSujet: Re: Heure d'ouverture [Libre]   Lun 7 Mai - 20:02

Finalement, ce cher nostalgique se décida à quitter son doux domaine des rêves pour revenir se concentrer sur son croquis, à peine esquissé de quelques lignes ici ou là, sans grands détails en fait, même si le jeune homme lui-même voyait déjà plus ou moins les formes, la ou les pierre(s) précieuse(s) enchâssée(s) par-dessus, ainsi que le métal à utiliser. C'était une tâche ardue mais fort aisée une fois que l'on a compris le mécanisme et que l'on sait faire marcher ce que l'on appelle la créativité. En gros, c'était donc à la portée de tout le monde...

Seulement, l'androgyne leva bientôt les yeux de son carnet, fixant résolument la cliente qui venait d'entrer, aux vêtements assez chics pour pouvoir se payer plusieurs de ces petites breloques en un seul coup. Háril cligna deux ou trois fois des yeux, joignant les mains sur le comptoir, attentif aux moindres des mouvements de sa première visiteuse de la journée qui semblait détailler les nouvelles expositions, apparemment ravie de la nouveauté mais un peu réprobatrice au niveau du style. Chacun ses goûts après tout, il était vrai que tout le monde ne pouvait pas apprécier ses oeuvres, évidemment. Pianotant quelques secondes des dieux, le gérant se décida bien vite à l'apporter, doucement pour ne pas lui causer la moindre frayeur.


"Bonjour madame, puis-je vous être d'une quelconque utilité ou préférez-vous continuer à observer ces quelques merveilles?" lui fit-il, le sourire marchand habituel sur les lèvres.

Un dicton dit clairement qu'un vendeur accueillant et aimable avait plus de chances de se faire charmer du grand public qu'un antipathique refermé et à peu près aussi agréable qu'une boîte aux lettres. D'ailleurs, Háril en avait tiré profit auprès de son père du temps de son apprentissage. Cela marchait parfois, souvent même, mais pas avec, hélas, tout le monde. Autant savoir tout de suite s'il était bon de continuer sur sa lancée ou d'abandonnes ses abords gentils pour redevenir l'homme strict et indifférent de d'habitude. Au choix pour la demoiselle, il n'en serait cependant pas moins poli pour autant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuko Keiko
Propriétaire du club a prostitués
avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 06/05/2007

Maître ou Soumis ?
Préférance sexuel: Bi
Est maître de: mes actes
Est soumis par: mes envies

MessageSujet: Re: Heure d'ouverture [Libre]   Lun 7 Mai - 20:52

Yuko était en train d'observer un anneaux, d'une sobriété immense, mais qu'elle trouvait bien élégant. Le tappe à l'oeil n'était pas son genre, et la simplicité ne rendait que le travail plus intéressant... Une voix interrompit sa contemplation, et c'était loin d'être celle de l'ancien propriétaire. Elle tourna légèrement la tête, souriant au jeune homme qui lui avait adressé la parole. Un stagiaire ? Un nouvel employé ? A moins que... Maintenant qu'elle s'en rappelait, l'homme lui avait parlé d'une vente de la boutique, ce jeune homme pouvait en être le nouveau propriétaire...

Toujours était-il qu'il était fort aimable. Il était là depuis quand ? A vrai dire, la jeune femme avait tellement été éprise par la curiosité qu'elle n'avait pas pris la peine de vérifier si quelqu'un était présent. Elle n'avait vu personne, ça lui suffisait pour en déduire que personne ne se trouvait là...

Elle hocha la tête, puis se redressa, avant de fouiller dans la poche de son veston en jean. Elle en sortit une sacoche en tissu, qu'elle ouvrit, laissant apparaître la broche qu'elle avait apportée. Argentée, elle présentait quelques pierres d'ambre finement ciselées, et quelques chaînons laissaient pendre de petits grelots. La barre était scindée en deux parties, que la jeune femme avait pris soin de récupérer.


"Oui, j'aurais besoin d'une main habile pour réparer cette broche, en faisant en sorte qu'il y ait le minimum de séquelles... Ce serait possible ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Háril Naldor
Gérant de la joaillerie
avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 06/05/2007

MessageSujet: Re: Heure d'ouverture [Libre]   Lun 7 Mai - 21:17

Le jeune gérant en poste attendit patiemment qu'elle sorte de sa contemplation pour le détailler, sans montrer des signes ni d'impatience, ni de réprobation; il avait l'habitude à ce qu'on le juge trop jeune, trop féminin,... pour ne plus y attacher aucune importance désormais. Quoi qu'on dise, il arrivait à écouler sa marchandise sans que personne n'aie besoin de lui donner quelques tuyaux en la matière, ce qu'il ne se serait pas permis d'ailleurs. Il était peut-être jeune et féminin, mais également indépendant et assumait sa tâche avec passion, envie, douceur et aussi un certain talent, même si celui-ci restait radicalement simple. La simplicité séduisait assez bien après tout. Inutile d'abîmer les matériaux à des essais plus compliqués et infructueux. Il verrait plus tard lorsqu'il aurait un peu plus d'expérience en la matière.

Lorsque Yuko sortit sa broche brisée de sa poche pour la lui tendre, Háril la prit délicatement, veillant à n'en perdre aucun morceau, ni à la gâcher davantage et examina attentivement le modèle, jusqu'aux grelots, jusqu'aux barres qui comportaient encore des traces de "coups" qui avaient déterminé la cassure présente. Elle demandait s'il pouvait la réparer? Il pouvait toujours essayer, au pire il travaillerait nuit et jour, pendant des semaines et des semaines pour remplacer la pièce perdue si telle était le cas.


"Oui, je suppose que cela serait possible en effet. Pouvez-vous m'en dire un peu plus sur la cassure, que je voie exactement quelles erreurs éviter lors de la re-soudure?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuko Keiko
Propriétaire du club a prostitués
avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 06/05/2007

Maître ou Soumis ?
Préférance sexuel: Bi
Est maître de: mes actes
Est soumis par: mes envies

MessageSujet: Re: Heure d'ouverture [Libre]   Lun 7 Mai - 23:00

[Gomen pour le RP qui, je le sais, risque d'être de basse qualité, mais je regarde un film en même temps ^^°]

Yuko sourit à nouveau devant la délicatesse dont faisait preuve le charmant jeune homme en prenant son bien. Autant qu'elle s'en souvienne, l'ancien gérant prenait ses bijoux d'un air rageur en bougonnant des "prend jamais soin de ses affaires", ou bien "a deux mains gauches"... Il fallait dire qu'elle se gardait bien de lui dire de quelle manière s'abîmaient ses bijoux, on ne sait jamais, elle tenait peu à se fâcher avec lui, il faisait du bon travail, malgré son mauvais caractère.

D'ailleurs, elle ne l'avait pas entendu pester, chose curieuse puisqu'à chaque fois qu'elle venait quémander ses services, il était soit en train de râler contre un bijou qui ne tenait pas en place, soit en train de réparer l'un de ses outils. Etait-il en séminaire ? Yuko avait du mal à se faire à l'idée qu'il ait pu vendre sa boutique, il lui en aurait parlé sur un coup de tête, rien de plus... Voir la joallerie tenue par quelqu'un d'autre lui paraissait assez étrange, la jeune femme étant habituée à ce seul et même homme qu'elle avait toujours vu là... Mais elle fut tirée de sa réflexion par la voix du jeune homme qui s'adressait à elle :


Citation :
"Oui, je suppose que cela serait possible en effet. Pouvez-vous m'en dire un peu plus sur la cassure, que je voie exactement quelles erreurs éviter lors de la re-soudure?"

Yuko passa un main dans ses cheveux. En dire un peu plus ? Cela ne voulait pas dire dans quelles circonstances, encore heureux, peu de personnes étrangères à son milieu aimaient à entendre parler du métier qu'elle exerçait...

"Eh bien... Elle s'est brisée net, sous un coup un peu trop violent, rien de plus, aucun éclat, simplement une coupure droite. J'aurais pu tenter de la rafistoler moi-même, mais j'avoue préférer faire appel à un professionnel, je n'ai qu'à moitié confiance en mes talents en ce qui concerne les bijoux..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Háril Naldor
Gérant de la joaillerie
avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 06/05/2007

MessageSujet: Re: Heure d'ouverture [Libre]   Mar 8 Mai - 18:24

[Roh pas grave ça Razz ]

En entendant ces quelques explications sans vraiment de détails, le jeune homme n'en demanda cependant pas plus, en ayant entendu assez sur ce qu'il avait besoin de savoir. Il continuait d'observer le bijou avec des yeux admirateurs, presque fascinés, devant la brisure jusqu'aux moindre décorations qui l'ornaient, qu'il trouvait d'ailleurs assez belle, comme dit précédemment. Háril sortit son petit mouchoir brodé de soin et enveloppa soigneusement l'artefact dans le tissu pour éviter qu'il ne se brise davantage ou de peur de perdre les morceaux, qu'il déposa tout aussi précautionneusement sur le comptoir, juste à côté de la caisse.

"Si vous voulez bien m'attendre ici, je vais regarder si j'ai tout ce qu'il me faut dans l'arrière-boutique et je vous la rapporterais. Vous pouvez toujours jeter un oeil pour vous occuper en attendant."

Le bijoutier salua respectueusement sa cliente et s'en alla dans l'arrière-boutique, emportant son précieux petit colis entre ses mains de diamant en passe de la maîtrise, bien qu'ayant encore pas mal de leçons à apprendre sur cet art. Aucun homme ne pouvait se vanter de tout connaître sur le métier qu'il exerçait; il y avait toujours une petite facette, cette petite part de mystère qui vous échappait et s'enfuyait à votre vue en vous faisant languir ardemment dans l'espoir de la frôler du bout des doigts lorsqu'elle s'approchait de trop près, à l'image de la biche du mont ménale. [cfr. Les douze Travaux d'Hercules]

Enfin, après avoir fouillé dans son bric-à-brac et aménagé une surface de travail avec tous les outils adéquats, Háril enfourcha ses lunettes et s'attela à la tâche, rajoutant un peu de métal, soudant les deux barres du bijou le plus précisément possible, de façon à ce qu'il n'y ait aucune marque comme si elle était neuve, ce qui prit tout de même une bonne vingtaine de minutes, même si pour lui il lui semblait y avoir passé une heure ou deux. Une fois la soudure opérée et le métal reconstitué, il réagença les décorations selon le modèle initial, du moins pensait-il, et frotta le tout pour le débarrasser d'une quelconque poussière qui s'y serait déposée pendant le travail. Ensuite, le jeune gérant revint tranquillement, tenant toujours la broche de son invitée comme un trésor fabuleux, le lui présentant, bien à l'abri dans son mouchoir.

"Est-ce bien ainsi qu'était votre broche, madame? Ou faut-il que je recommence le travail?"

Une flamme de passion brillait dans ses yeux, caressant amoureusement la barre de la broche comme s'il s'agissant de l'une de ses dernières nées de la boutique, comme s'il l'avait faite lui-même. Mais il ne démordrait pas que l'artisan qui avait forgé ce bijou devait être un grand génie de talent pour lui donner un tel éclat, une telle beauté. Un bijou n'en valait jamais un autre, c'était cela qui les rendait uniques, précieux et magnifiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuko Keiko
Propriétaire du club a prostitués
avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 06/05/2007

Maître ou Soumis ?
Préférance sexuel: Bi
Est maître de: mes actes
Est soumis par: mes envies

MessageSujet: Re: Heure d'ouverture [Libre]   Mar 8 Mai - 23:00

Yuko salua elle aussi le jeune homme, le laissant vacquer à son travail, à conscience reposée. Si c'était lui qui avait fait tous les bijoux présents dans cette boutique, il n'y avait absolument pas de quoi s'inquiéter sur l'avenir de sa broche qu'il fallait simplement ressoudre. Une fois qu'il fut dans l'arrière boutique, elle réprima un léger rire devant ces précautions qu'il prenait pour une simple broche. Certes, elle était de valeur et avait déjà fait l'objet de convoitises, mais jamais Yuko ne s'était montrée si attentive à ce bijou. Sans doute parce-qu'elle la voyait plus comme simple objet d'ornement, et moins comme une oeuvre d'art...

Se retrouvant seule dans la boutique, elle ne se priva pas de suivre la proposition du jeune homme, regardant à nouveau tous ces bijoux, ayant une préférences pour tout ce qui était argenté. Beaucoup de personnes favorisaient l'or pour la simple et bonne raison que c'était le métal le plus cher. Mais bien trop voyant du point de vue de Yuko qui jouait dans la subtilité. L'argent était sobre, élégant, et allait avec tout, absolument tout. En plus de ça, il faisait écho à sa peau d'une pâleur extrême. Bref, le métal parfait pour la jeune femme.

A force d'allées et venues, Yuko finit par avoir vu toutes les créations. Par curiosité, elle jeta un coup d'oeil dans l'arrière boutique, voyant le jeune homme affairé à réparer sa broche, comme un enfant qui s'applique à ne pas dépasser en coloriant un dessin. Les personnes qui aiment leur métier plaisaient beaucoup à la jeune femme qui trouvait ça... attendrissant ? Oui c'était ça. On aurait dit une maman couveuse, mais après tout, mieux valait ça que le contraire, non ? D'ailleurs, elle n'avait rien d'une mère poule. Vous avez déjà vu une mère possessive ne jamais se retrouver avec la même personne dans son lit ? Tenir un bar des plus dévergondés et faire l'apologie du péché de chair ? Non, elle n'avait rien de tout cela...

Son attention se reporta sur cet anneau argenté sobre, mais finement travaillé. A savoir sa broche entre les mains d'un jeune homme aussi perfectionniste et talentueux, elle ne pouvait absolument pas s'inquiéter. Elle entendit la voix du joallier qui la tira de sa contemplation, et se redressa, toujours souriante, observant le travail effectué.


"Je n'aurais pas demandé mieux, on la croirait neuve... Je vous félicite grandement, et pas seulement pour cette simple réparation, vos créations sont très belles..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Háril Naldor
Gérant de la joaillerie
avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 06/05/2007

MessageSujet: Re: Heure d'ouverture [Libre]   Mar 8 Mai - 23:57

Souriant bien volontiers à ses compliments sans pour autant en être avare, Háril en était tout simplement reconnaissant. Voire son travail plaire était d'ailleurs l'une de ses plus grandes joies sur terre et détruire l'un de ces merveilleux objets était à ses yeux aussi grave qu'un blasphème en pleine messe. La passion peut parfois rendre fou sous certains angles mais aussi terriblement consciencieux des détails et des touches apportées à l'ornement.

"C'est très gentil à vous mais je n'ai franchement pas le talent de mon père ni de bijoutiers plus célèbres. Je travaille comme je le peux, même si parfois il arrive que je me trompe bien sûr. Je ne suis qu'un homme après tout."

Il s'autorisa un dernier regard sur la broche qui venait de se voir renaître de ses sens, faisant allègrement tinter l'un des grelots, juste comme ça pour en écouter le bruit comme une petite clochette chamboulée par son sonneur. Ensuite bien sûr, il observa tour à tour chacune de ses oeuvres comme un père surveillerait ses enfants. Et même si l'or avait sa préférence, pas en temps que métal le plus prisé, uniquement pour sa couleur ambre, il travaillait également l'argent qu'il trouvait plus subtil, plus discret. Les deux métaux opposés s'offraient aux regards en toute harmonie, en se faisant parfois de l'oeil.

"Je suis ravi de constater que vous les appréciez vous aussi, madame. Cela prend pas mal de temps pour travailler le métal et la pierre souvent enchâssée mais à la fin, je dois dire être satisfait du résultat obtenu. On peut parfois se dire que l'on vient de pénétrer dans la caverne d'Ali Baba, n'est-ce pas?"

Un peu pensivement, le jeune homme retourna au comptoir s'affairer avec la caisse récalcitrante d'où il tira finalement le ticket, indiquant le prix de la réparation, somme toute peu coûteuse par rapport à la concurrence, du moins dans les autres villes. Les moyens pour appâter le client étaient décidément bien nombreux en ce monde. Car si les bijoux ne plaisent pas, les ristournes par contre ravissent surtout en période de février où les ventes sont les plus fréquentes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuko Keiko
Propriétaire du club a prostitués
avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 06/05/2007

Maître ou Soumis ?
Préférance sexuel: Bi
Est maître de: mes actes
Est soumis par: mes envies

MessageSujet: Re: Heure d'ouverture [Libre]   Mer 9 Mai - 22:30

Voir le jeune homme aussi captivé par cette broche, qui faisait maintenant partie de son quotidien, amusait beaucoup Yuko. Mais bon, l'oeil du connaisseur, elle l'avait dans un autre domaine elle... Elle pencha légèrement la tête lorsqu'il la remercia pour ses compliments. Voilà qu'il jouait le modeste... Elle posa une main sur la joue du jeune homme, affichant toujours ce sourire tellement constant que l'on pouvait arriver à se demander si elle souriait vraiment. C'est vrai, elle l'avait sans cesse, peut-être était-ce son visage normal...

"C'est avec les erreurs que l'on apprend..."

Ca, elle en savait long sur les erreurs la petite Yuko. Elle en avait commises des plus ou moins graves, et avait toujours subi les conséquences. Non, elle ne regrettait pas, elle avait appris. Appris à faire face aux difficultés et à assumer ses choix, en ne tenant pas compte du point de vue des autres. Certes, ça semblait bien égoïste vu comme ça, mais que voulez-vous, il y a des moments où le "chacun pour soi" est de rigueur... Bien qu'elle le mette de côté pour s'occuper de sa petite "famille" au bar, il lui arrivait de s'accorder quelques attentions personnelles...

Elle retira doucement sa main de la joue du jeune homme. Ce geste aurait pu facilement être pris pour une avance mais... Yuko avait toujours été de nature extravertie et attentionnée, chose qui primait dans sa fonction. Cet acte n'avait pour but que de montrer la franchise de ses propos, et était plus une habitude qu'une tactique de séduction.

Elle reporta son regard sur l'anneau argenté qui lui avait tappé dans l'oeil, et le désigna du menton.


"Et tu as beau affirmer que tu n'as pas le talent d'autres, tu en as un propre, et pas des moindres ^^ "

Yuko laissa le bijoutier retourner derrière le comptoir, et se pencha légèrement, reprenant son analyse de l'objet argenté, avant de reprendre :

"En tous les cas, je suis persuadée qu'Ali Baba envierait une telle pièce."

Jetant un dernier regard à l'anneau, Yuko se dirigea vers la caisse, commençant à fouiller dans son sac pour y trouver de quoi payer. Une fois arrêtée, elle sortit un porte-feuille noir à brodures florales argentées, et releva la tête, posant finalement cette question qui la titillait :

"Mais... N'y avait-il pas un autre joallier précédemment ? Il m'a vaguement parlé de vendre sa boutique, mais je l'y croyais trop attaché pour que ce soit sérieux..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Háril Naldor
Gérant de la joaillerie
avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 06/05/2007

MessageSujet: Re: Heure d'ouverture [Libre]   Sam 12 Mai - 23:12

Modeste? Lui? S'il se permettait d'être modeste, c'était bien uniquement pour ne pas finir avec une grosse tête et des chevilles enflées et aussi peut-être parce qu'il se sous-estimait un peu. Dans une famille, lorsqu'un être cher meurt, l'un ou l'autre survivant se sent toujours un peu coupable de sa mort comme s'il avait commis une faute envers le Seigneur, une faute fatidique qui venait de lui ôter une partie du coeur. Peut-être était-ce ce genre de sentiment qui l'avait défendu d'être vaniteux et prétentieux de nature, comportements des plus odieux. Oui, cela devait sans doute être pour ça...Il n'avait jamais pris le temps de se remettre en question certains aspects de son caractère.

"Oui, vous avez bien raison. Grâce à elles, j'ai pu acquérir une certaine maîtrise, c'est vrai...mais il n'empêche que c'est un travail assez délicat où il faut beaucoup de volonté et de concentration, et accessoirement aussi de talent. J'avais une chance sur deux de réussir mon métier."

Un nouveau sourire étira ses lèvres, reconnaissant cependant de l'intérêt que lui portait Yuko et désirant la remercier de lui avoir fait entière confiance pour la réparation de sa broche, même si elle n'avait probablement pas eu le choix. Il ferma les yeux à son geste d'affection, désirant le savourer jusqu'à ce qu'il prit fin. Ses cils se mouillèrent et il les assécha, sans que rien ne leur échappe et surtout sans que sa cliente ne s'en aperçoive. Háril tourna ensuite son regard vers l'anneau qu'elle lui montrait du menton, intensifiant son sourire et ravivant l'éclat de ses yeux bleu-vert.

"Oui c'est vrai. J'ai remarqué que cet anneau vous tapait dans l'oeil. Peut-être le voulez-vous en passant?"

A la comparaison du mythe d'Ali Baba et de sa grotte remplie de trésors fabuleux, Háril étouffa un petit rire enfantin. Oui peut-être bien qu'il s'agissait de sa propre caverne, son petit magasin. L'éclat de toutes ces pierres attireraient l'oeil de n'importe qui, tant elles renvoyaient leurs éclats aux quatre coins de la pièce grâce à la lumière qui les faisait étinceler d'une beauté indéfinissible et infinie. La première fois qu'il était entré dans une telle boutique, il avait crû être encore en train de rêver d'un trésor interdit et inestimable.

"Il y a des chances. Pour moi, il n'y a pas de plus beau trésor que rentrer dans cette boutique et être émerveillé par tant d'éclats plus colorés les uns que les autres."

Háril la laissa ensuite règler la note, haussant nettement le sourcil lorsque Yuko s'arrêta d'un coup pour lui poser cette question qui, apparemment, avait été retenue durant toute l'entrevue. Le jeune homme abaissa lentement la tête, le temps de réfléchir à ses mots, puis annonça d'un ton neutre, mais cependant un peu rieur:

"Ah oui, en fait il ne l'a pas vraiment vendue. Disons que c'est un marché plutot amical qui s'est conclu. Il voulait tester mes capacités dans ce genre d'infrastructure, m'a assuré une courte période d'essai pendant laquelle j'ai entièrement restauré le magasin et...il a plié bagage sans me dire un mot. Je l'ai peut-être vexé sans le savoir, j'imagine. Mais il devrait revenir de temps à autre recevoir une petite partie de mes gains en remerciement de sa "vente"."

C'était une sorte de pacte qu'il avait passé, un peu désespéré par sa situation, tiraillé par ses souvenirs. Il fallait qu'il s'occupe, alors il s'est lancé corps et âme dans cette restauration qui lui a permis de remettre ses idées au clair. L'ancien patron évidemment, lui avait ensuite laissé la boutique, décidant de "prendre sa retraite" soi-disant. Mais bien sûr, il possédait toujours l'assurance de considérer cette boutique comme la sienne et de réclamer une petite partie des gains, pour s'assurer de quoi vivre pour ses "vieux jours" et profiter un peu de la jeunesse des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuko Keiko
Propriétaire du club a prostitués
avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 06/05/2007

Maître ou Soumis ?
Préférance sexuel: Bi
Est maître de: mes actes
Est soumis par: mes envies

MessageSujet: Re: Heure d'ouverture [Libre]   Sam 12 Mai - 23:56

Yuko s'apprêtait à remplir le montant d'un chèque, quand le joallier parla de cet anneau. Elle releva la tête du carpin, la tête penchée, toujours souriante.

"Hoho, c'est si voyant que ça ? ^^ Il est vrai... Des deux chances, tu as eu la bonne ^^"

Elle remplit finalement le chèque, et le tendit au jeune homme qu'elle s'était mise à tutoyer sans s'en rendre compte. Elle tourna un peu la tête vers les bijoux présents dans la boutique. Oui, ça faisait vraiment penser à la caverne d'Ali-Baba, et donnait bien envie de se servir à volonté... Mais bien évidemment, c'était totalement impossible, et faire ça aurait été un manque de respect impardonnable envers le créateur de toutes ces pièces.

Son attention se reporta sur le jeune homme lorsqu'il parla de celui qui, finalement, restait le propriétaire du magasin. Un sourcil haussé, Yuko eut un sourire narquois à ce récit.


"Bizarrement... Ca ne m'étonne pas de lui ^^ Il était très talentueux lui aussi, mais du genre... Spécial ^^"

Ca... Yuko ne lui aurait jamais proposé de venir faire un tour dans son établissement. Pourquoi ? Elle ne le savait pas. Quelque-chose lui disait simplement qu'il ne valait mieux pas. Par contre, ce jeune homme là... Non, elle venait tout juste de le rencontrer, et ne savait absolument rien de lui. Elle avait beau chercher tous les moyens de se faire de l'argent, elle n'en perdait pas moins un respect pour les personnes.

"Enfin, vu ce que tu proposes ici, je pense que tu aura assez de revenus pour lui assurer une bonne retraite et vivre paisiblement ^^"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Heure d'ouverture [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Heure d'ouverture [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tiens c'est l'heure de manger... (libre) || End.
» adresse offroad wiltz
» [M] Lass die Zukunft nochmal kippen, lass uns Weg von hier.
» La rosée du matin sur un air de poème [Libre]
» L'heure du grand départ...[Rp Voyage libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Olphéra :: Olphéra, la capital :: Quartier Nord :: La joallerie-
Sauter vers: